Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Bangladesh - Incendie d’usine : les marques accusées de négligence criminelle

26-11-2012

Un nouvel incendie d’usine au Bangladesh a fait 112 morts parmi les travailleurs, principalement des femmes. Une fois encore, les travailleurs ont été pris au piège dans leur usine sans issue de secours. L’entreprise Tazreen signale fournir entre autres C&A et Carrefour.

achACT et la Clean Clothes Campaign (CCC), en collaboration avec ses partenaires au Bangladesh appellent les marques à agir immédiatement suite à l’incendie dramatique de l’usine Tazreen Fashion située à Dhaka, au Bangladesh, qui a tué plus de cent travailleurs de l’habillement.

Les travailleurs morts et blessés fabriquaient des vêtements pour des marques internationales lorsque leur usine, Tazreen Fashions, a brulé. Sur son site Web, l’entreprise signale fournir entre autres C&A, Carrefour, Kik ou Wal-Mart.

Le coût humain de la néglicence des marques

achACT dénonce la négligence de ces marques internationales qui ne s’attaquent pas aux importants problèmes de sécurité dans l’industrie de la confection au Bangladesh. Des problèmes pourtant mis en lumière depuis de nombreuses années par une série bien trop longue d’incendies d’usines. Au total, de centaines de travailleurs bangladeshis y ont perdu la vie.

Un grand nombre de travailleurs sont morts en sautant dans le vide pour fuir les flammes. D'autres, pris au piège, ont été brûlés vifs. Le nombre de victimes continue d'augmenter. Un pompier a indiqué qu'il n'y avait pas d’issues de secours. Les premiers rapports indiquent que l'incendie a été causé par un court-circuit électrique. Plus de 80 % des incendies d'usine au Bangladesh sont dus à des installations électriques défectueuses.

"Ces marques savent depuis des années que beaucoup des usines avec lesquelles elles travaillent sont des pièges mortels. Leur inaction face à ce problème est une négligence criminelle", explique Ineke Zeldenrust, coordinatrice du réseau de la Clean Clothes Campaign (CCC).

Les demandes d’achACT et de la Clean Clothes Campaign

"Une fois de plus, nous pleurons la perte de dizaines de travailleurs de l'habillement au Bangladesh, nous exigeons que les marques intensifient leurs actions. La succession des drames de ce genre au Bangladesh démontre que les faibles efforts actuels sont insuffisants et n’aboutissent pas à des améliorations concrètes. Il est nécessaire de s’attaquer aux causes réelles de ces incendies, effondrements ou explosions d’usines au Bangladesh", déclare Ineke Zeldenrust.

  • Avec leurs partenaires au Bangladesh, achACT et la CCC exigent une enquête indépendante et transparente sur les causes de l'incendie, une indemnisation juste et complète des victimes et de leurs familles et des actions concrètes toutes les parties concernées pour prévenir de nouvelles tragédies.
  • La CCC, avec les organisations syndicales locales et mondiales, a développé un programme d'actions qui comprend un programme d'inspections indépendantes et transparentes des usines, une mise à niveau obligatoire des usines qui fournissent les marques participantes, un examen de toutes les consignes de sécurité, un engagement à payer un prix qui couvre les coûts de ce programme et la participation directe des syndicats dans la formation des travailleurs. achACT et la CCC réitèrent leur demande aux marques pour qu’elles rejoignent et mettent en œuvre ce programme.
  • Les employeurs et le gouvernement du Bangladesh doivent également prendre leur part de responsabilité. Le gouvernement doit mener une enquête immédiate sur les causes de l'incendie et poursuivre en justice ceux dont la négligence a causé la mort des travailleurs. Il doit également investir dans un programme national d'inspection afin d'assurer que les bâtiments répondent aux normes de sécurité. Les propriétaires d'usine au Bangladesh doivent, quant à eux, examiner immédiatement les procédures de sécurité en vigueur dans leurs usines, effectuer un contrôle complet de leurs bâtiments et collaborer avec les organisations syndicales pour former leurs employés aux procédures de sécurité et pour permettre aux travailleurs d'exprimer leurs préoccupations.

achACT et la CCC continuent à travailler avec leurs partenaires sur place pour établir les faits et pour soutenir les victimes et leurs revendications. achACT et la CCC appellent tous les acteurs en lien avec l’industrie de l’habillement au Bangladesh de prendre des mesures significatives et concrètes pour empêcher que prévenir de telles tragédies et empêcher qu’elles ne se reproduisent une fois encore.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux