Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Euro 2012 et JO : Adidas dans l'oeil du cyclone

06-06-2012

La marque allemande refuse d'indemniser des travailleurs indonésiens.

L’industrie du sport a montré ces derniers mois et en particulier en Indonésie, une réelle volonté d’enfin créer un cadre sectoriel de respect des droits des travailleurs. La signature d’un protocole historique entre marques internationales, industriels et syndicats indonésiens pour garantir l’exercice de la liberté syndicale, tout comme le paiement soutenu par Nike d’1 million de dollars d’arriérés d’heures supplémentaires aux travailleurs d’un de ses fournisseurs constituent des progrès importants auxquels ont contribué les mobilisations citoyennes. Mais les travailleurs de l’industrie du sport ne sont pas au bout de leurs efforts. Le dernier rapport Fair Games publié par l’alliance Play Fair montre que de graves violations des droits des travailleurs se perpétuent de manière systémique, notamment en Chine, au Sri Lanka et aux Philippines, et notamment chez des fournisseurs d’Adidas.

Et d’Adidas il en est encore question dans un cas concret qui concerne les travailleurs d’un de ses fournisseurs indonésiens. Alors que la marque allemande dépense sans compter pour les JO de Londres et l'Euro 2012 de foot, elle refuse de contribuer aux indemnités dues aux 2800 travailleurs de son fournisseur PT Kizone, suite à la fermeture de l’usine, début 2011.

Rétroactes

En janvier 2011, le propriétaire de l’usine PT Kizone, le Sud-Coréen Jim Woo Kim, abandonne son usine de Tangerang, près de Jakarta et, ni plus ni moins « se tire avec la caisse », à l’étranger. L’usine ferme en avril 2011. Les 2800 travailleurs de l’usine se retrouvent sans emploi ni ressources. Les indemnités de fermeture qui leur sont légalement dues ne sont pas payées, soit 1000 euros en moyenne pour chacun d’entre eux, 2,8 millions d'euros au total.

Les travailleurs décident alors de se tourner vers les clients de l’usine. En juillet 2011, à la demande d’un syndicat local soutenu par la Clean Clothes Campaign, le réseau international d’achACT, plusieurs marques clientes de l’usine PT Kizone, dont Nike, annoncent leur contribution à un fonds d’indemnisation des travailleurs pour un montant total de 1,3 million d'euros, soit près de la moitié des sommes dues. Mais un an après la fermeture de l’usine, il manque toujours 1,5 million d'euros, auquel s’ajoutent les intérêts.

Sollicité à maintes reprises, Adidas refuse de contribuer à ce fonds. Les travailleurs de PT Kizone qui ont fabriqué des produits Adidas pendant de nombreuses années, pour un salaire équivalant à 0,50 euros par heure, doivent faire face à d’énormes difficultés de subsistance. « Beaucoup d’entre nous ne peuvent plus payer leur loyer. Nous ne pouvons pas nous permettre de manger trois repas par jour. Nous devons emprunter à nos proches, à des voisins ou à des prêteurs d’argent. », témoigne un ancien travailleur du fournisseur d’Adidas.

AGIR : Interpellez Adidas!

Adidas fuit ses responsabilités…

Ayant mis fin à sa production dans l’usine PT Kizone en novembre 2010, soit quelques mois avant sa fermeture, Adidas affirme ne pas avoir de responsabilités envers les travailleurs de PT Kizone. En réalité, les indemnités se calculant sur base de la durée de la relation d’emploi, elles concernent également la période de production pour Adidas.

A travers son code de conduite, Adidas s’engage à prendre les mesures nécessaires pour remédier aux violations du droit du travail par ses fournisseurs. En l’absence de recours possible vis-à-vis du propriétaire de l’usine, Adidas doit par conséquent assumer sa responsabilité de donneur d’ordre en contribuant comme les autres clients au fonds d’indemnisation.

…mais court derrière les médailles

Une chose est certaine, ce n’est pas le manque de moyens financiers qui empêche Adidas d’agir. En 2011, la multinationale affiche une augmentation de 18% de ses profits. La marque a dégagé 125 millions d’euros pour obtenir le titre de principal sponsor des Jeux Olympiques de Londres. Et, pour équiper les futurs champions, Adidas ne regarde pas non plus à la dépense. La multinationale sponsorise l'équipe de foot espagnole 25 millions d'euros par an et celle d'Allemagne 38 millions d'euros par an.

AGIR : Interpellez Adidas!

 

LES ABUS DANS LA FILIERE OLYMPIQUE CONTINUENT!

Adidas a déjà été pointé du doigt pour les mauvaises conditions de travail chez ses fournisseurs de produits Olympiques.

Le rapport Fair Games dénonce les salaires de misère, les heures supplémentaires excessives et forcées, les mauvaises conditions de travail et la répression des travailleurs dans dix usines de trois pays (Chine, Philippines et Sri Lanka), parmi lesquelles huit produisaient des articles sous label olympique.

En Chine, les travailleurs de l’usine Amerseas, fournisseur d’Adidas, doivent effectuer des heures supplémentaires dépassant de loin le plafond légal. Leur journée de travail commence à 8 heure pour s’achever à 22 heure. De plus, en raison des objectifs de production irréalistes qui leur sont imposés, les travailleurs doivent généralement renoncer à porter leur équipement de protection.

Aux Philippines, le salaire payé est tellement dérisoire que les travailleurs sont obligés d’emprunter de l’argent pour couvrir leurs besoins de base. Chez les fournisseurs d’Adidas, les heures supplémentaires sont obligatoires.

Au Sri Lanka, les salaires ne couvrent pas les besoins fondamentaux des travailleurs. Les travailleurs interrogés gagnent au mieux 25.000 Roupies par mois (soit 150€), soit à peine un peu plus de la moitié du minimum vital de 45.000 Roupies (soit 270€).

Suite au rapport précédent, On ne joue pas avec les droits des travailleurs, qui dénonçait les conditions de travail dans les usines chinoises fournissant les mascottes et les badges pour les Jeux de Londres 2012, le Comité d’organisation des JO de Londres (LOCOG) s’est engagé à entreprendre des actions concrètes pour garantir le respect des droits des travailleurs qui fabriquent des produits sous label Olympique en Chine (en savoir plus). Le rapport Fair Games montre que le problème concerne également d’autres pays que la Chine.

Afin de convaincre les autorités Olympiques à agir rapidement et efficacement pour faire respecter les droits des travailleurs qui produiront les articles destinés aux prochains JO, l’Alliance Play Fair soutien un certain nombre de plaintes présentées au Comité organisateur (LOCOG) au nom des travailleurs de Chine et des Philippines.

Télécharger le rapport 2012 "Fair Games"

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux