Vous êtes :  Accueil > Actualités

17 octobre 2019 - Suivi d'action de janvier 2019

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidlLola&Liza
LottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Lancement de la campagne mes basics #DroitsHumains

09-10-2019

Ce lundi 14 octobre à Genève, s’ouvrira la 5ème session intergouvernementale sur un traité contraignant sur les entreprises et les droits de l'Homme.

achACT lance la campagne mes basics #DroitsHumains pour sensibiliser et mobiliser et pour rappeler aux États la nécessité d’imposer un cadre contraignant aux entreprises en matière de respect des droits humains dans leurs filières d’approvisionnement. Que ce soit au niveau international, européen ou belge.

Les droits humains ne sont pas facultatifs, ils sont à la base de toute vie digne.

Au même titre que les « basics » le sont à nos tenues, le respect des droits humains est indispensable à nos garde-robes…  Partout dans le monde, les travailleuses et travailleurs qui fabriquent nos vêtements subissent de graves violations de leurs droits.

 Les filières industrialisées de production de vêtements sont, depuis plusieurs décennies, le terrain de nombreuses violations des droits humains : salaires de misère, harcèlement, temps de travail excessif, insécurité sur le lieu de travail, violences liées au genre, répression syndicale, etc.

Les marques et les enseignes de mode, dont l’objectif principal et de générer un maximum de profit, externalisent leur production de vêtement depuis les années 1970. En sous-traitant dans des pays à la main-d’œuvre peu coûteuse, elles optent pour un modèle économique plus flexible et plus rentable et ce au détriment des droits des travailleur·euse·s impliqué·e·s dans leurs filières.

Dès les années 1990, la société civile, les journalistes, les consommatrices et consommateurs sonnent l’alarme. De nombreuses marques et enseignes sont impliquées dans des scandales relatifs aux conditions de travail dans les ateliers de confection.

Face aux enjeux d’image et de réputation les entreprises de l’habillement se lancent dans des démarches de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). Leurs initiatives et autocontrôle unilatéral et sur base volontaire visent à mettre en place des standards à respecter par … leurs fournisseurs. Ces standards sont vérifiés au moyen d’audits sociaux.

Après 30 années de RSE, un nouveau rapport d’achACT met en lumière l’échec des initiatives volontaires d’entreprises et notamment des audits sociaux pour faire respecter les droits humains dans le secteur de l’habillement :

Nous sommes toutes et tous concerné.e.s par les conditions de travail des travailleur.euse.s qui fabriquent nos vêtements.

Comprendre les filières de confection et déconstruire les stratégies des marques et enseignes de mode est un enjeu en soi. C’est aussi un prérequis pour mieux lutter en faveur du respect des droits des travailleur·euse·s de l’habillement et plaider ensemble pour un cadre contraignant les entreprises du secteur. 

 

 

Venez à notre rencontre à l’occasion des projections du film documentaire « La vie d’une petite culotte et de celles qui la fabriquent », par la réalisatrice belge Stéfanne Prijot.

L’occasion d’aborder ensemble la situation des travailleuses des usines de confection de la mode, de mieux comprendre l’environnement globalisé dans lequel l’industrie prend place et de partager des pistes d’action pour garantir le respect des droits tout au long des filières d’approvisionnement.

achACT et ses organisations membres se mobilisent pour que la Belgique s’engage aux Nations Unies pour un Traité contraignant « Entreprises et Droits de l’Homme » et qu’elle se positionne en faveur du développement de cadres contraignants sur le devoir de vigilance, aux niveaux belge et européen.

 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux