Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Poussons Mizuno à payer ses travailleuses licenciées injustement

11-10-2016

Comme en Indonésie, au Japon, à Hong Kong et aux Etats-Unis, achACT lance la campagne #NeverStopPushing et cible la marque de sport japonaise Mizuno.  Depuis 2012, 346 travailleuses indonésiennes de l’usine Panarub se battent pour obtenir des indemnités de licenciements conformes à la loi. Elles ont donné rendez-vous à Mizuno, principal client de l’usine avec adidas,  ce jeudi 13 octobre pour enfin trouver une issue correcte à ce conflit qui mine leur vie professionnelle et familiale.

Licenciées pour avoir défendu leurs droits

En juillet 2012, 1300 travailleurs, principalement des femmes, sont renvoyés de l’usine PT Panarub Dwikarya Benoa, qui fabrique des chaussures de sport pour Mizuno et adidas. Ces 1300 travailleuses font partie des 2000 manifestants qui étaient partis en grève pour exiger le respect de leur droit à se syndiquer, le paiement rétroactif du salaire minimum légal et l'amélioration de la santé et des conditions de sécurité dans l'usine. C’est lorsque les managers de l’usine décident de reporter les négociations concernant les violations des salaires que les travailleurs, qui ont fondé un syndicat au début de cette même année, démarrent une manifestation spontanée, suivie d'une grève. Après cinq jours de grève, la direction de l'usine les licencie.

Dans l’impasse depuis 2012

La plupart des travailleuses licenciées travaillaient pour PT Panarub depuis des années. Parmi elles, certaines ne peuvent plus se soigner faute de pouvoir se payer des médicaments. D’autres sont expulsées de leur logement faute de pouvoir payer le loyer. D'autres, encore, sont rejetées par leur mari car elles ne sont plus en mesure d’apporter un revenu au ménage. Celles qui ont retrouvé un emploi subissent des intimidations de la part de leur nouvel employeur pour qu’elles quittent le syndicat. Jusqu’à présent, Adidas et Mizuno n’ont pas tenté de résoudre la situation, laissant les travailleuses sans autre choix que de poursuivre leurs actions pour obtenir une indemnisation de départ équitable.

Les travailleuses ne lâchent pas la pression

Le 8 août 2016, la direction de Panarub a proposé une rencontre pour le lendemain, prenant de court le syndicat qui n’a pas eu le temps de se préparer. Après une réunion au cours de laquelle l’entreprise n’a fait aucun pas en avant, il semble qu’elle ait proposé séparément à certaines une offre jugée insuffisante. Malgré leurs difficultés, elles sont restées solidaires et ont refusé l’offre de Panarub.

achACT et la Clean Clothes Campaing appellent à mettre la pression sur Mizuno  

Des actions seront menées à travers le monde d’ici jeudi en Europe, aux Etats-Unis, au Japon, à Hong Kong et en Indonésie, dans les bureaux de Mizuno, les magasins où leurs produits sont vendus et lors d’événements sportifs. Pour la présidente du syndicat SBGTS-GSBI Kokom Komalawati « Il est clair que sans l’implication des marques Mizuno et adidas, la direction de Panarub ne proposera pas un montant raisonnable et équitable, et ne règlera pas l'affaire. Nous attendons donc de Mizuno, dont le site revendique l'équité dans les pratiques commerciales en créant un climat d'entreprise qui ne tolère pas les actes déloyaux,  de prendre enfin ses responsabilités et de contribuer à la résolution de cette affaire. »

Rejoignez la campagne !

Appelez Mizuno à se rendre à la réunion du jeudi 13 octobre proposée par le syndicat SBGTS-GSBI et à enfin prendre ses responsabilités face aux travailleuses licenciées injustement.

Rendez-vous sur la page Facebook de Mizuno et sur Twitter.

Exemples de tweets 

En Français :

  • We will #NeverStopPushing you, @MizunoRunningEU jusqu'à ce que vous payez vos travailleuses en Indonésie !
  •  @MizunoRunningEU Les femmes que vous avez injustement licenciées vous attendent ce jeudi ! Paierez-vous enfin ?
  • Ne fuyez pas @MizunoRunningEU Rencontrez les travailleuses indonésiennes et payez ce que vous leur devez !

En Anglais :

  • We will #NeverStopPushing you, @MizunoRunningEU until you pay your workers in Indonesia 
  • /@MizunoRunningEU The women who stitched your shoes are waiting for you to meet them Thursday, will you finally pay? 
  • Dont run away @MizunoRunningEU Come to meet the women in Indonesia and make sure they get paid what you owe them 

Pour en savoir plus : http://www.achact.be/news-info-211.htm

Action contre Mizuno en soutien aux travailleuses licenciées injustement

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux