Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

[Bangladesh] Fermeture illégale de deux usines d’un fournisseur de vêtements d’Aldi. Les travailleurs exigent leurs salaires.

06-08-2015

Les travailleurs des usines de confection Swan Vêtement et Swan Jeans situées à Dhaka (Bangladesh) n’étaient plus payés depuis janvier 2015. En avril, les deux usines qui fabriquaent notamment des vêtements pour Aldi ont soudainement et illégalement fermé leurs portes. Depuis, les travailleurs n’ont toujours pas touché leurs salaires, ni les arriérés de payements. Ils protestent depuis des semaines dans la capitale Dhaka.

achACT et la Clean Clothes Campaign appellent le gouvernement du Bangladesh et Aldi, à prendre des mesures immédiates pour assurer le payement des mois de salaires ainsi que des primes de retard dus aux plus de 1.000 travailleurs des deux usines.

Après une présence de près de 30 ans au Bangladesh il semble que le Groupe Swan ait commencé à rencontrer des difficultés en 2014 lorsqu’un grand nombre de ses acheteurs de longue date ont retiré leurs commandes. Les usines ont alors du faire de la sous-traitance pour maintenir leur activité. Mais à partir de janvier 2015, les travailleurs n’ont plus été payés. Le propriétaire chinois du groupe Swan, Ming Yuen Hon (Toby), a tenté de fuir le pays le 9 Avril, mais des travailleurs postés à l’aéroport l’en ont empêché et l’ont ramené à l'usine. Après cette confrontation  M. Hon a payé un mois de salaire aux travailleurs, mais le 10 Avril les deux usines ont illégalement mais officiellement été déclarées fermées. Selon sa famille, M. Hon s’est suicidé dans les semaines suivantes.

Depuis lors, les travailleurs ont entrepris diverses actions afin d’exiger les mois de salaires qui leur sont dus, ainsi que la réouverture des usines. Depuis le 12 juillet, des centaines d’entre eux mènent également une action sit-in devant le Dhaka Press Club. Certains manifestants ont été blessés par la Police qui tentait de les déloger. Le ministre du travail et les représentants du BGMEA (fédération patronales des producteurs et exportateurs) ont promis de trouver une solution pour payer tous les salaires dus. Mais les travailleurs attendent toujours.

"Les travailleurs restent là en permanence, jour et nuit, même au milieu de fortes pluies, mais le gouvernement ignore la protestation, ainsi que le sort des travailleurs et n'a pas pris aucune mesure pour répondre à leur demande, légale, de payer les arriérés." A déclaré Joly Talukder, Secrétaire général adjoint de la Centrale syndicale des travailleurs du vêtement au Bangladesh.

L es fermetures soudaines d’usines de confection sont de plus en plus fréquentes au Bangladesh, notamment en raisons des changements intervenus dans l’industrie suite à l’effondrement du Rana Plaza. Ces fermetures laissent des centaines de travailleurs sans travail et sans possibilité de réclamer le payement de leur salaire. A ce jour, le gouvernement ne prend pas de mesures concrètes pour lutter contre ce problème. 

« Il est inacceptable qu'une fois de plus les travailleurs doivent payer le prix de la mauvaise gestion des usines, des demandes insoutenables des acheteurs et de l’inaction du gouvernement.  Le Ministre de l’emploi du Bangladesh et Aldi ont la responsabilité de rendre justice aux travailleurs des usines Swan » A déclaré Jean-Marc Caudron d’achACT. 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux