Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Primark casse les prix sur le dos de qui ?

09-12-2014

Ce mercredi 10 Décembre 2014, Primark ouvre son deuxième mégastore en Belgique. Après Médiacité à Liège, l’enseigne irlandaise s’offre la rue Neuve, à Bruxelles. Cela promet un rush de fin d’année et des soldes aux couleurs de l’enseigne, championne des prix incroyablement bas.

Des vêtements à ce prix-là, est-ce bien éthique ?

Travailleurs payés au Bangladesh à peine 50 euros par mois, le tiers de ce dont ils ont besoin pour couvrir les besoins fondamentaux de leur famille. Recours au travail d’enfants en Inde dénoncé par un reportage de la BBC en 2008 auquel Primark réagit en arrêtant toute collaboration avec son fournisseur. Absence de transparence sur ses fournisseurs et les pays d’approvisionnement. C’est clair, Primark n’est pas particulièrement un exemple à suivre pour une entreprise qui cherche à développer un business responsable. Mais l’est-elle moins que ses voisins de la rue Neuve, les H&M, Zara, C&A et autres champions de la fast fashion ? Nous n’avons pas d’information en ce sens. Le coût de la main-d’œuvre ne représentant qu’une part infime du prix payé par le consommateur, d’autres économies peuvent tout aussi bien entrer en ligne de compte pour proposer des vêtements si bon marché: faible qualité des matières premières, diminution de la marge compensée par la vente de grandes quantités, économies dans la décoration des magasins, conditions de travail dans la distribution…

Primark n’est pas non plus le pire des élèves. Cliente du Rana Plaza, au Bangladesh, l’enseigne est signataire de l’Accord poru la prévention des incendies et effondrements d’usines et a été parmi les premières à s’engager à indemniser les victimes. Son engagement en faveur d’un salaire vital n’est pas non plus anecdotique. Si l’entreprise manque d’une stratégie solide en la matière, elle développe des projets pilotes et déploie dans le Sud de l’Inde un travail de formation des travailleurs sur la liberté d’association, en collaboration avec l’ONG Save, partenaire de longue date d’achACT (voir à ce propos, le profil de Primark issu de l'opus 2014 de Devenez achACTEURS).

Là où le « bas » blesse.

Champion de la fast fashion, Primark exerce une pression permanente sur les prix qui se communique à l’ensemble du secteur. En période de crise et d’inquiétude sur le pouvoir d’achat chez nous, Primark peut sembler une bonne occasion d’économiser. C’est en fait tout le contraire qui se passe : Primark développe l’addiction des consommateurs à acheter toujours davantage pour un prix minime. On n’est plus très loin du vêtement Kleenex. A ce prix-là qu’importe la qualité, la résistance au lavage. On remplace vite fait ! Ce modèle de consommation-là n’est pas un modèle durable, ni pour les travailleurs, ni pour l’environnement, ni pour les consommateurs. Primark est finalement bien le seul à en profiter !

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux