Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Charles Hector contraint d'accepter l'arrangement proposé par Asahi Kosei

25-08-2011

achACT regrette l’épilogue des poursuites pour diffamation engagées contre Charles Hector par l’entreprise japonaise Asahi Kosei, fournisseur de Renault, Nissan, Peugeot et Hitachi. Au terme de son procès, qui s’est tenu les 24 et 25 août 2011 en Malaisie, Charles Hector a été contraint d’accepter les conditions imposées par Asahi Kosei afin que l’entreprise cesse les poursuites. Le défenseur des droits de l’Homme devra payer un Ringgit malaisien symbolique et un autre en dédommagement à Asahi Kosei. Charles Hector doit en outre publier des excuses dans les deux principales presses quotidiennes de Malaisie.

La perte de confiance dans l’appareil judiciaire malaisien et le montant de compensation exigé (2,3 millions d’euros) ne lui laissaient pas d’autre issue. De son côté, Asahi Kosei a refusé de s’engager à respecter les droits fondamentaux de ses travailleurs-ses. Peugeot, Renault, Nissan et Hitachi n’ont toujours pas pris les mesures qui s’imposent pour garantir l’amélioration des conditions de travail chez leur fournisseur.

Cette affaire montre clairement les moyens qu’une entreprise peut utiliser afin de faire taire un défenseur des droits des travailleurs-euses. Selon l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, « l’utilisation d’une plainte pour diffamation avec un montant de dédommagement exorbitant contre des défenseurs des droits des travailleurs qui dénoncent des violations des droits des travailleurs est un précédent dangereux avec des effets néfastes sur le travail légitime des défenseurs des droits de l’Homme ».

Peugeot, Renault, Nissan et Hitachi laissent leur fournisseur violer des droits fondamentaux !

La fin de la procédure judiciaire ne signifie malheureusement pas que la situation des 31 travailleurs birmans concernés est réglée. En effet, Asahi Kosei a refusé de s’engager, comme le proposait Charles Hector, à respecter les droits fondamentaux de ses travailleurs. Peugeot, Renault, Nissan et Hitachi, quatre entreprises qui se fournissent auprès d’Asahi Kosei, ont été informées et interpellées à de nombreuses reprises par la Campagne Vêtements Propres et d’autres organisations du réseau Goodelectronics. Près de 800 personnes ont interpellé par courrier ces trois entreprises en Belgique. Pourtant, et malgré des engagements pris dans leur politique de responsabilité sociale, aucune n’a pris les mesures qui s’imposaient pour s’assurer que son fournisseur retire sa plainte et respecte les droits des travailleurs.!

Pour en savoir plus : Rétroactes

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux