Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Salaire Vital > Salaire vital, c'est quoi?

Salaire vital, c'est quoi?

La vie n’est pas chère au Bangladesh, en Indonésie et au Cambodge, mais y vivre en 2015 avec 50€, 82€ ou 100€ par mois est IMPOSSIBLE ! 

Ces rémunérations sont pourtant celles fixées par les gouvernements, suite à des négociations tripartites, au titre de salaire minimum légal pour les travailleurs de l’habillement. Elles correspondent donc aux salaires de base de millions de travailleurs fabriquant les vêtements que nous portons, qu’ils proviennent d’Asie et d’Europe orientale. La pression concurrentielle entre marques, usines ou entre pays de production fait que ces minimaux déjà sous-évalués deviennent en réalité des plafonds infranchissables. Sauf en accumulant d’innombrables heures supplémentaires.

Pour atteindre un salaire qui lui permet de vivre et de faire vivre décemment sa famille, une travailleuse du Bangladesh devrait par exemple travailler plus de 22 heures par jour ! 6 jours sur 7 ! Tout simplement impossible.

Un salaire vital c’est un droit humain!

Un salaire  vital correspond à une rémunération gagnée en une durée normale de travail qui couvre les besoins essentiels du travailleur et de sa famille : se loger, se nourrir, se vêtir, se soigner, accéder à l’éducation et lui procure un revenu discrétionnaire qu’il peut éventuellement épargner.

salaire_vital_kesako

Cet élément de « revenu discrétionnaire », dont l’usage est laissé à la discrétion de travailleur, apparaît fondamental, notamment dans des pays où le système de sécurité sociale est absent ou embryonnaire et où la raison d’être de travailler en usine réside dans la nécessité de soutenir les parents ou de contribuer aux frais de scolarité de frères et sœurs.

La mesure d’un salaire vital

Le montant du salaire vital est bien entendu lié au pouvoir d’achat qu’il doit procurer. Les coûts des services, de la nourriture et des biens de consommation varient évidemment d’un pays ou d’une région à l’autre. A travers le monde, même si on ne considère que des conditions de vie en ville, la définition d’un niveau de vie décent n’est évidemment pas homogène (accès à la culture, ou aux technologies de la communication par exemple) et les services disponibles à la population (enseignement gratuit par exemple) non plus. Le montant du salaire vital variera en conséquence selon la région où on se situe.

L’Alliance pour l’Asia Floor Wage a innové en la matière. Elle propose une méthode de calcul simple du salaire vital pour les travailleurs de l’habillement, en Asie. La mesure se base sur les prix des denrées alimentaires nécessaires pour procurer suffisamment de calories à une famille de deux adultes et deux enfants. Une fois la collecte de ces données réalisée dans chaque pays ou région sur les marchés ouverts, où se fournissent généralement les travailleurs, la somme totale est doublée afin de couvrir l’ensemble des dépenses de base (conformément aux moyennes statistiques de répartition des dépenses dans les pays asiatiques concernés).

Enfin une méthode de calcul simple, légitime, réaliste !

L’Asia Floor Wage va cependant plus loin dans sa démarche. En fixant un montant minimum vital, son objectif n’est pas d’apporter de l’eau au moulin des statisticiens mais de procurer un outil pour soutenir les travailleurs de l’habillement qui, de plus en plus nombreux, se mobilisent pour des augmentations salariales. L’Asia Floor Wage poursuit donc son calcul afin d’harmoniser les niveaux de pouvoir d’achat entre les différents pays de production du continent et d’aboutir finalement à un montant qui, exprimé en devise, est similaire d’un pays à l’autre. Résultat : pour les clients internationaux, le niveau de salaire sort du champ de la concurrence. Le choix d’un fournisseur ne se fera plus sur la pression qu’il est capable d’exercer sur les salaires mais sur base d’autres avantages ou compétences.

Un salaire vital, c’est payable !

Est-il possible de payer un salaire vital aux travailleurs de l’habillement sans faire exploser le prix pour l’acheteur final ? Selon Climbing the ladder to living wages, une étude de la Fair Wear Foundation, pour un tee-shirt produit en Inde, toute autre donnée restant constante, une augmentation des salaires à hauteur d’un salaire vital induirait une augmentation dérisoire du prix au détail (moins de 1%). Certes, mettre en œuvre un salaire vital nécessite certainement de relever des défis réels mais l’impact sur les coûts de production n’est pas le plus important.

tshirt_couts

Et quand bien même… Si le système du business et notre mode de consommation ne permettent pas d’assurer un minimum vital à ceux et celles qui produisent, n’est-ce pas cela aussi qu’il faut remettre en cause, au niveau individuel et collectif ?

Défaut de Salaire Vital

Des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses de l’habillement se mobilisent dans les pays de production qu’ils soient asiatiques ou plus proches.

achACT et son réseau international la Clean Clothes Campaign vous invitent à les soutenir en signant la pétition Défaut de salaire vital

Il y a un défaut de fabrication sur quasi tous nos vêtements : les travailleuses qui les fabriquent ne peuvent vivre décemment de leur travail. Dans la majorité des cas, elles ne gagnent même pas 50 % d’un salaire vital.

Rappelez aux marques qu’elles ont la responsabilité de garantir ce droit aux travailleurs de leurs filières d’approvisionnement !

Renvoyez-leur symboliquement un vêtement de votre choix pour « défaut de fabrication » et signez l’Appel pour un Salaire Vital.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux