Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Salaire Vital > La responsabilité des marques et enseignes > H&M

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

H&M

Siège (Ville, Pays): Stockholm, Suède
Année de fondation: 1947
Nombre de points de vente: 2600 points de vente situés dans 44 pays, dont 266 ouverts en 2011. L'Allemagne compte le réseau de vente le plus dense (377 magasins fin 2011), devant la Grande-Bretagne (192 magasins fin 2011) et la Suède (168 magasins fin 2011).
Nombre d'employé.e.s: 94 000
Propriétaire: Société anonyme
PDG: Karl-Johan Persson
Chiffre d'affaires: 15,24 mia. €
Bénéfices: 1,86 mia. €
Pays de production: En 2011, les marchandises étaient produites dans 1652 usines (y compris sous-traitants). De plus, H&M travaillait avec 747 fournisseurs directs. L'entreprise compte plus de 200 fournisseurs principaux au Bangladesh, en Chine, en Inde et au Cambodge. Ils couvrent ensemble plus de la moitié de la production totale. Au Cambodge, H&M s'approvisionne dans 49 usines. Les marchandises sont produites dans le monde entier, dans quelques 30 pays en Europe et en Asie. Au total, l'entreprise emploie plus d'un million de personnes dans ses usines.
Marques de l'entreprise: H&M, COC, Monki, Weekday, Cheap Monday

Depuis 2006, H&M est membre de l'initiative de vérification multipartite Fair Labor Association (FLA), mais uniquement en ce qui concerne ses activités en Chine et en Turquie. La FLA n'exige pas de ses membres le versement d'un salaire minimum vital.

 

Position de H&M par rapport au salaire minimum vital

Depuis 2005, H&M prend part au programme intitulé Better Factory Cambodia (BFC), organisé par l'OIT, et participe chaque année à deux conférences. Depuis 2008, l'entreprise laisse le BFC mener une partie de ses contrôles.
Depuis 2006, H&M est membre de la Fair Labor Association (FLA), mais cela ne concerne que ses activités commerciales en Chine et en Turquie.
Depuis 2011, elle est aussi membre du Fair Wage Network (FWN), qui réunit différentes parties prenantes et vise à augmenter les salaires.
H&M veut s'engager au niveau politique pour un ajustement des salaires et la promotion de la liberté syndicale. L'entreprise souhaite pour cela intervenir auprès des gouvernements.
Le code de conduite de H&M n'inclut pas l'obligation de verser un salaire minimum vital. Les centaines d'audits effectués chaque année par H&M ne prennent pas en compte le niveau des salaires chez les fournisseurs et l'entreprise ne récompense donc pas ceux qui paient mieux leurs employé·e·s (par exemple en leur confiant des commandes plus importantes).

 

Evaluation de H&M par achACT

Dans ses propos, l'entreprise se montre relativement ouverte face aux demandes de la Clean Clothes Campaign. Dans les faits, toutefois, elle n'adapte pas ses activités commerciales pour verser un salaire minimum vital.

H&M a récemment rencontré le premier ministre du Bangladesh, à qui elle a demandé un ajustement des salaires, sans toutefois préciser que ceux-ci devraient être élevés au niveau du salaire minimum vital. L’entreprise a seulement demandé qu'ils soient adaptés chaque année en fonction de l'inflation. Autant dire qu'il s'agit d'une goutte d'eau dans l'océan, qui ne contribuera pas à sortir de la misère les travailleurs et travailleuses du secteur textile. Pour d'autres pays, comme le Cambodge, où il y a actuellement peu de désordres sociaux, H&M ne se prononce pas sur d'éventuels ajustements des salaires.

Le FWN, dont est membre H&M – une info que l’entreprise communique efficacement dans les médias –, ne fixe pas clairement le montant du salaire minimum vital et ses membres ne s'engagent pas à prendre des mesures concrètes, quelles qu'elles soient, pour élever les salaires à un niveau qui permettrait aux travailleurs et travailleuses de couvrir leurs besoins de base.

Bien que le BFC soit présent au Cambodge depuis dix ans et soit à l'origine de certaines évolutions positives, le pouvoir d’achat correspondant aux salaires versés aux couturières cambodgiennes, a diminué de 14% depuis 2000, car les salaires n'ont pas été ajustés en fonction de l'inflation. Faute de moyens suffisants pour se nourrir, de nombreuses travailleuses de l’habillement sont sous-alimentées. En 2011 et 2012, des dizaines, voire des centaines d'employé·e·s se sont effondré·e·s de faim et d’épuisement dans différentes usines de fournisseurs de H&M au Cambodge. En 2010, suite à la grève menée par plus de 200 000 travailleurs et travailleuses cambodgiens du secteur pour exiger une augmentation des salaires, deux fournisseurs de H&M ont procédé à des licenciements massifs.

H&M a une grande influence politique et ses bénéfices dépassent le milliard chaque année. Il est grand temps que l'entreprise veille à ce que les personnes employées dans ses usines touchent un salaire minimum vital.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux