Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Salaire Vital > Des travailleurs(euses) témoignent... > Ashok Kumar, fabrique des vêtements pour GAP et d’autres marques

Ashok Kumar, fabrique des vêtements pour GAP et d’autres marques

Témoignage recueilli en novembre 2012

Je m'appelle Ashok Kumar Singh et je viens de la ville de Janpur, dans le district d'Uttar Pradesh. A cause de conditions économiques misérables je suis parti à Delhi il y a dix ans avec mon frère aîné. Ces 6 dernières années, je travaille chez Modelama Export qui fabrique des vêtements pour Gap et d'autres marques.

A l'usine, je travaille comme « layer man » mais ils ne me paient que le salaire d'un travailleur semi qualifié soit 5097 Roupies par mois. C'est de cette façon qu'on nous vole notre salaire. Le salaire est si bas qu'il faut travailler 6 à 8 heures supplémentaires pour pouvoir subvenir à nos besoins. L'entreprise paie double les deux premières heures supplémentaires mais nous paie au tarif normal à partir de la troisième. Le salaire majoré de Janvier était payé en Avril et les arriérés de salaire ne sont jamais payés. Nous ne sommes jamais payés pour le repas de fin de nuit. Les travailleurs ne reçoivent pas non plus les gratuits.

La cantine ne sert pas une bonne nourriture et il n'y a pas de nourriture à la cantine en fin de nuit. Quand nous prestons nos heures supplémentaires. Les travailleurs tombent parfois malades après avoir mangé la nourriture de la cantine. Nous ne disposons pas d'eau potable. Seule de l'eau bouillie et filtrée est disponible.

Le syndicat de l'usine compte 200 membres. Nous avons tenté de créer un syndicat secrètement à deux reprises mais nous recevions des menaces de mort et nos leaders ont été virés.

Nous sommes mis sous pression par les cibles de production qu'on nous demande d'atteindre en une heure. Chaque heure les superviseurs contrôlent et nous harcèlent. Ils nous forcent à atteindre la quantité requise. Si vous y arriver au bout d'une heure, ils vous donnent une cible plus haute. Cela signifie que chaque heure vous avez une quantité à produire plus élevée que l'heure précédente.

Les loyers ont augmenté à deux reprises en un an. Nous ne disposons pas de preuve de résidence. C'est pour cela que nous n'avons pas droit à une carte de rationnement ni à une connexion au gaz de ville. Nous achetons des rations coûteuses et payons le double du prix pour des bonbonnes de gaz.

GAP et les autres marques visitent l'usine mais  ne nous parlent jamais. Ils se bornent à prendre note si la pièce de vêtement est sale ou poussiéreuse. Ils n'ont rien à faire avec  nous.

La direction nous force à raconter aux auditeurs que les heures supplémentaires ne sont pas si nombreuses, qu'elles sont payées au double tarif et que nous recevons le paiement de nos heures supplémentaires en même temps que notre salaire mensuel.

Soutenez la campagne #LivingWageNow. 
Signez la pétition pour un Salaire vital.

campagne_salaire_vital

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux