Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Incendie au Bangladesh: action devant C&A, rue neuve

05-12-2012

Des bougies allumées devant le magasin C&A de la rue Neuve à Bruxelles. Ce mercredi 5 décembre, achACT a voulu rendre hommage aux travailleuses et travailleurs tués le 24 Novembre dernier dans l’incendie de l’usine Tazreen à Savar, au Bangladesh. Des veillées similaires sont organisées en Inde, à Hong Kong, aux Pays-Bas, en Espagne, en Autriche, En Suisse et en Allemagne. Au Bangladesh, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté leur colère et leur soutien aux familles. 

 


Voir toutes les photos de l'action

C&A doit assumer ses responsabilités

Au moment du drame, C&A faisait produire 220.000 pièces dans l’usine Tazreen. L’enseigne dont un siège important est installé à Vilvorde, a rapidement envoyé un représentant au Bangladesh pour selon sa déclaration récolter des informations de premières mains et identifier comment C&A peut aider les familles des victimes.

L’association des employeurs de l’industrie de l’habillement du Bangladesh, le gouvernement du Bangladesh et la société Li&Fung ont annoncé leurs contributions à l’indemnisation des victimes. C&A n’a quant à lui publié aucun engagement jusqu’ici.

achACT relaie et soutient les demandes des travailleurs et des familles des victimes :

C&A doit coopérer avec les représentants des travailleurs et des familles des victimes.

Dans son courrier, C&A signale “travailler avec le BGMEA (la fédération patronale) afin de déterminer les besoins des familles touchées”. Au niveau de la prévention, C&A annonce qu'il va renforcer son système d'audits sociaux. Dans les deux cas, aucun contact, aucune négociation ou coopération n'est prévue avec des organisations syndicales du Bangladesh. Ce sont pourtant les mieux placés pour définir et défendre les besoins des travailleurs, tant au niveau de l'indemnisation que des mesures structurelles de prévention à mettre en œuvre.

Nous appelons C&A et les autres clients de Tazreen à prendre immédiatement contact avec les syndicats NGWF, BGIWF et BNC pour négocier le plan d'indemnisation et les mesures structurelles de préventions.

C&A doit assurer l'indemnisation des travailleurs et des familles des victimes.

C&A a annoncé qu'avec la fondation C&A, ils “parraineront l'hébergement et l'éducation des enfants qui ont perdu leurs parents dans l'incendie.” De son côté, Li & Fung a annoncé payer une indemnité d'un montant dérisoire. Les familles des victimes ne demandent pas la charité. Elles exigent qu'avec le propriétaire de l'usine et le gouvernement, C&A et les autres clients de l'usine Tazreen assument leur responsabilité.

Nous appelons C&A et les autres clients de Tazreen à assurer l'indemnisation qui couvre les dommages et la perte de revenu des travailleurs et des familles des victimes, sur base des normes internationales et des plans d'indemnisations mis en œuvre lors des incendie d'usines précédents. Le fonds d'indemnisation doit également couvrir les frais médicaux d'urgence et les traitements de long terme. Ce fonds et les paiements des indemnités doivent être gérés de manière transparente et en collaboration avec les représentants des travailleurs et des familles des victimes.

C&A doit soutenir une enquête indépendante et transparente.

Le bâtiment de l’usine Tazreen comportait neuf étages alors que son permis de bâtir n'en mentionne que trois. De plus, l’usine Tazreen ne se conformait pas aux règles légales en matière de sécurité (plus de certificat de sécurité depuis juin 2012). Un auditeur du BSCI affirmait récemment : “les acheteurs devaient connaître les problèmes d'insécurité [...] Leurs enquêteurs [de C&A] utilisent les mêmes méthodes que les nôtres. Ils ont donc du voir la même chose.” Il est donc crucial qu'une enquête indépendante et transparente établisse les causes à l'origine du drame et les responsabilités des différents acteurs dans l’incendie et ses conséquences.

Nous appelons C&A et les clients de l'usine à rendre publics les rapports des audits sociaux effectués dans l’usine Tazreen et soutenir une enquête indépendante et transparente.

C&A doit signer le protocole sur les mesures de prévention.

Afin de prévenir tout nouveau drame, C&A compte renforcer son système d'audits sociaux. Pourtant, les audits sociaux ont déjà montré toutes leurs limites et leur inefficacité à prévenir ce genre de drame. L'audit social mené par le BSCI dans l'usine Tazreen en décembre 2011 n'avait pas conclu à une non-conformité et n'a pas aboutit au respect de mesures de sécurité élémentaires. Tout ces systèmes, dont celui de C&A, n'offre aucune transparence et ne comprennent aucune forme de participation des travailleurs et de leurs organisations.

Nous appelons C&A et les autres clients de Tazreen à signer le protocole sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies développé par les organisations syndicales bangladeshies et internationales avec le soutien de la Clean Clothes Campaign.

Nous appelons également C&A et aux autres clients de publier la liste de leurs fournisseurs et de promouvoir le droit à la liberté d'association afin de permettre aux travailleurs d’exprimer leurs préoccupations et de faire respecter leurs droits, notamment au sujet de la sécurité de leur lieu de travail.

 

Pour en savoir plus:

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux