Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Made in Sri Lanka [Rapport de recherche]

30-10-2012

Conditions de travail dans 8 usines fabriquant des vêtements de travail achetés par des institutions publiques européennes.

En collaboration avec son partenaire de longue date au Sri Lanka, le syndicat Free Trade Zone and General Services Employees Union, achACT a enquêté sur les conditions de travail dans 8 usines sri-lankaises choisies pour les liens qu’elles entretiennent avec le marché de l’Union européenne. Dans certains cas, un lien a pu être établi entre une administration spécifique et une usine de fabrication soumise à l’enquête.

Constituant la première source de devises du pays, les quelque 350 usines de confection textile du Sri Lanka  et leurs 300.000 travailleurs fournissent la plupart des grandes marques de mode et de sport ainsi que de nombreuses marques et fournisseurs de vêtements de travail.

L’étude se base sur des entretiens réalisés avec 63  travailleurs qui ont décrit leurs conditions de travail et leur situation personnelle. Il en découle la mise en évidence d’un certain nombre de violations des conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail et de la législation nationale :

  • Obstacle à la liberté syndicale dans les usines installées en zones franches.
  • Salaire sectoriel minimum (50 euros) insuffisant pour vivre et faire vivre un ménage de quatre personnes (265 euros).
  • Déclin significatif de l’emploi permanent remplacé par des contrats de sous-traitance occasionnels et à durée déterminée par le biais d’agences. Ce qui provoque notamment des discriminations en matière de santé et de traitement d’accidents de travail.

Les administrations publiques peuvent influencer favoriablement le respect des droits des travailleurs qui contribuent à fabriquer leurs vêtements de travail:

  • En exprimant leur demande auprès de leurs soumissionnaires notamment à travers la rédaction des cahiers des charges
  • En recourant à des fournisseurs qui s’engagent de manière crédible, vérifiée et transparente pour de bonnes conditions de travail.
  • En exigeant de l’information sur les circonstances de fabrication des produits.

 

Télécharger le résumé du rapport (Français)
Télécharger le rapport complet (Anglais)


25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux