Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Plus d'excuses! Un salaire vital maintenant.

21-09-2012

Une vingtaine de personnes sont tombées en syncope ce vendredi midi devant le magasin H&M de la rue Neuve à Bruxelles. Des faits similaires ont été relevés cette semaine dans plusieurs villes européennes, dont Bristol, Londres, Paris, Copenhague et Varsovie. achACT et ses homologues européens de la Clean Clothes Campaign ont ainsi voulu attirer l’attention sur les évanouissements de masse qui se produisent dans des usines au Cambodge où se fournit H&M, Zara, Gap et Levi Strauss & Co. Ce phénomène a touché 2400 travailleuses en 2011 et se perpétue en 2012. Ces évanouissements sont notamment liés à un déficit calorique chronique des travailleuses dont le salaire ne permet pas une alimentation suffisante.

H&M, Zara, GAP et Levi Strauss & Co.’s sont les plus gros acheteurs d’habillement au Cambodge. Ils doivent prendre leurs responsabilités et s’engager à payer un salaire vital. achACT  et le réseau européen de la Clean Clothes Campaign lancent une campagne publique d’interpellation.


Au Cambodge, les syncopes collectives se multiplient. Des dizaines, voire parfois des centaines, de travailleuses s’évanouissement simultanément au sein d’une même usine. On dénombre 25 incidents de ce type en 2011 touchant 2400 travailleuses. La situation ne s’améliore pas en 2012. En cause : malnutrition, surmenage et stress. Le salaire des travailleuses ne leur permet pas de subvenir à leurs besoins de base.

Télécharger le dépliant

Agir en ligne : Interpellez H&M, Zara, Levi’s, GAP

 

Le salaire de la faim

Dans l’industrie de l’habillement au Cambodge, plus de 90% des travailleurs sont des femmes, âgées de 18 à 35 ans. Beaucoup d’entre elles ont des enfants et des familles à nourrir  mais, avec l’escalade du coût de la vie, leur salaire ne suffit pas pour couvrir leurs besoins de base (logement, nourriture, vêtements, éducation, transports, soins de santé). Bien souvent, elles disposent de moins d’un euro pour se nourrir et alimenter leur famille chaque jour. A Phnom Penh, capitale du Cambodge, cela ne permet tout simplement pas d’acheter une nourriture saine et suffisante. En découle un déficit calorique qui s’accroit jour après jour, accentué encore par la prestation d’heures supplémentaires.

Une recherche calorique menée au Cambodge par le Workers’ Rights Consortium a prouvé que la ration alimentaire quotidienne que les travailleurs peuvent en moyenne se procurer correspond à un déficit calorique de plus de 500 kcal par jour, sur base du travail physique effectué. Beaucoup de travailleurs témoignent que la nourriture qu’ils peuvent s’acheter n’est pas suffisante ou assez nourrissante pour leur permettre de tenir le coup.

Selon les calculs de l’Asia Floor Wage Alliance, un salaire suffisant pour couvrir les besoins de base du travailleur et de sa famille et procurer un petit revenu discrétionnaire – équivaut à quatre fois le salaire minimum légal de 51,5€ par mois. Le syndicat C.CAWDU réclame quant à lui une augmentation immédiate des salaires minimum à hauteur de 101 €/mois.

“Les syncopes collectives des travailleuses au Cambodge démontrent quel coût les marques telles que H&M, Zara, Levi Strauss ou Gap font payer aux travailleuses qui produisent leurs vêtements. Si vous n’êtes pas payés assez pour vous nourrir et nourrir vos enfants, vous presterez toutes les heures supplémentaires qu’on vous proposera, accentuant encore votre propre déficit nutritionnel. C’est un cercle vertueux pour le profit des marques certes mais vicieux poru les travailleurs” a déclaré Carole Crabbé, coordinatrice d’achACT.

 

Plus d’excuses. Un salaire vital maintenant !

Pendant des décennies, les marques internationales de la mode ont toujours trouvé des excuses pour justifier pourquoi elles ne paient pas un salaire décent aux travailleurs qui fabriquent des vêtements pour elles. « Ce n’est pas un choix » « C’est une nécessité impérieuse ». Se cacher derrière la crise économique et les codes de conduite des entreprises n’est pas acceptable quand on parle de violations des droits humains.

H&M, GAP, Levi Strauss & Co. et Zara doivent arrêter de construire leur compétitivité sur des conditions de travail indécentes. Les acheteurs internationaux doivent s’engager concrètement à payer un prix qui tienne compte d’un salaire vital et de conditions de travail respectueuses des droits humains. Première étape : soutenir les demandes des travailleurs de l’habillement au Cambodge.
En savoir plus sur nos demandes

 

Une campagne européenne d’interpellation

« Il ne s’agit plus de choisir mais d’agir. Et c’est aujourd’hui une nécessité impérieuse. C’est pour cela que nous lançons une campagne de mobilisation européenne » Carole Crabbé, achACT

achACT et ses homologues européens lancent en ligne, à partir de ce vendredi 21 septembre 2012, une campagne publique d’interpellation à destination de H&M, GAP, Levi Strauss & Co. et Zara. achACT appelle les clients à écrire à leurs marques favorites pour leur demander de payer un salaire vital aux travailleurs qui fabriquent les vêtements qu’ils portent.

Agissez : Interpellez H&M, Zara, Levi’s et GAP

 

Pour en savoir plus :

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux