Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Droits des travailleurs : Toujours pas d’application pour Samsung, Apple et Nokia

15-12-2011

A la veille des fêtes de fin d’année, nous sommes nombreux a nous laissé tenter par un smartphone. Mais lequel choisir ? Suivez le guide achACT ! A l’instar d’Anthony Kavanagh, choisissez  l’iPhone 6. Son concept de conversation réelle et la noblesse du matériau utilisé l’impose comme maître achat. D’autres choisiront d’offrir des applications. Avec Phone Story, votre smartphone vous racontera son histoire. Vous y exploiterez des mineurs au Congo, devrez rattraper des travailleurs chinois qui se jettent du toit de leur usine,  distribuerez des smartphones jetables dans la rue et trierez les déchets au Pakistan. Ce jeu « critique » a été interdit par Apple. Il reste disponible sur Android.  Quant à Muriel, son nouveau téléphone sera ... son ancien. La campagne 18 mois, menée par l’ACRF l’a convaincue. L’exploitation intensive des ressources minières, des conditions de travail dignes de l’esclavage et la quantité de déchets générés l’ont poussée à augmenter  la durée de vie de son appareil.


Télécharger les profils de Samsung, Apple et Nokia


Des marques à responsabilité (sociale) limitée…

Ensemble, Samsung, Apple et Nokia représentent la moitié des ventes de téléphones mobiles et de smartphones dans le monde. De nouvelles recherches de terrain* menées dans trois usines qui fabriquent des téléphones mobiles pour chacune de ces marques montrent les mauvaises conditions de travail et le peu de cas fait du respect des droits des travailleurs qui fabriquent nos téléphones portables.

L’usine Samsung Electronics Vietnam occupe 12.000 travailleurs près de Hanoï. L’usine Nokia située à Sriperumbudur, dans le sud de l’Inde, occupe 11.300 travailleurs. Les 52.500 travailleurs de l’usine Foxconn de Zhengzhou (Chine) fabriquent des iPhones. Foxconn est le principal fournisseur d’Apple. Il est également le plus grand fabricant de produits électroniques dans le monde.
A la différence de Nokia et de Samsung, qui ont une responsabilité d’employeurs vis-à-vis des travailleurs de leurs usines,  Apple sous-traite l’ensemble de la fabrication de ses appareils. 

Des travailleurs sous pression

  • Les travailleurs prestent des horaires de travail excessifs, dépassant systématiquement la limite maximale de 60 heures hebdomadaires. Dans l’usine Samsung au Vietnam, les travailleurs prestent deux heures supplémentaires par jour. En période de pic, le nombre d’heures supplémentaires grimpe à 4 ou 5 heures par jour. Chez Foxconn, le nombre d’heures supplémentaires varie de 50 à 80 heures par mois. Bien au-dessus du maximum légal de 36 heures mensuelles.

  • Les trois usines étudiées respectent le salaire minimum légal mais il reste insuffisant pour vivre dignement. « Le prix de la vie augmente tous les jours, mais nos salaires restent les    mêmes. Notre salaire n’est pas suffisant pour vivre. Je veux trouver un nouveau job avec un meilleur salaire » témoigne une travailleuse de Samsung.  Dans l’usine Nokia, les salaires des stagiaires et des intérimaires constituent en outre une inégalité de traitement flagrante avec les travailleurs permanents.

  • Les travailleurs expliquent aussi devoir vivre à trois dans des chambres de 8 à 12 m².

  • Enfin, les travailleurs de Foxconn dénoncent les tricheries de leur employeur. Des heures supplémentaires ne sont pas comptabilisées, des déductions salariales sont opérées sous de faux prétextes et la direction ne respecte pas ses promesses.  « Sur l'annonce du job, Foxconn indique un montant gonflé avec les heures supplémentaires et d'autres avantages au lieu du salaire de base. Foxconn joue sur les mots et nous ment » témoigne un travailleur.

Les politiques de responsabilité sociale des trois marques restent très maigres. Leurs engagements consistent essentiellement à respecter les lois nationales – encore heureux !  Aucune d’entre elles ne mentionne spécifiquement les Conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail, notamment en matière de liberté des travailleurs de former des syndicats libres, une convention non ratifiée par le Vietnam ni la Chine pourtant tous deux membres de l’OIT.

Si au final,  aucun travailleur ne jouit de bonnes conditions de travail, ceux de Foxconn subissent les pires. Doit-on y voir la conséquence de l’absence de responsabilité d’employeur dans le chef d’Apple qui, fort de la maîtrise de l’accès au marché, dicte ses conditions à ses fournisseurs tout en ne devant pas en assumer les conséquences sociales ? Le manque de transparence et l’inaction d’Apple pour respecter les droits des travailleurs chez ses fournisseurs est  quoi qu’il en soit inacceptable. Apple n’a pas réagi aux interpellations suite à la vague de suicides de travailleurs chez son fournisseur Foxconn. Les 22 travailleurs de Wintek, autre fournisseur d’Apple, en incapacité permanente suite à leur empoisonnement au N-hexane attendent toujours une réaction de la part de la marque à la pomme.

Derrière les iPhones d'Apple, les iSlaves de Foxconn

L’usine de Zhenghzou a été créée par Foxconn en réponse à la vague de suicide dans l’usine de Shenzhen. Elle est décrite comme un véritable camp de travail. Il y règne une discipline « militaire ». Une formation obligatoire vise à endoctriner les nouveaux travailleurs, à les rendre d'une obéissance absolue envers les superviseurs. Les travailleurs subissent une énorme pression. Li Fong rapporte les mots de son superviseur : « Si vous ne travaillez pas dur, vous serez remplacés par des robots ». Ils subissent également des humiliations. Un travailleur explique qu'un superviseur l'humiliait avec ces mots vulgaires : « Les cochons ne peuvent donner naissance qu'à des idiots ».

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux