Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Bangladesh : Renouvellement de l’Accord

29-06-2017

 

Aujourd'hui, les fédérations syndicales internationales IndustriALL et UNI ont annoncé le renouvellement de l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention incendie au Bangladesh pour trois années supplémentaires. À ce jour, 13 marques et enseignes[1] ont signé l’Accord 2018 et 8 autres[2] se sont engagées à le signer. achACT appelle dès aujourd’hui toutes les entreprises belges et internationales d’habillement qui s’approvisionnent au Bangladesh à signer ce nouvel Accord.


Amélioration de la sécurité pour des millions de travailleurs de l’habillement au Bangladesh

L'Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention incendie au Bangladesh consiste en un programme innovant et efficace de mise aux normes des usines des fournisseurs des 215 marques et enseignes signataires. 

Depuis 2013, l’équipe de l'Accord a supervisé les inspections et rénovations des usines - de l'installation des portes coupe-feu au renforcement structurel des bâtiments - qui ont amélioré la sécurité pour des millions de travailleurs de l’habillement au Bangladesh. L'Accord a résolu plus de 100 000 problèmes de sécurité identifiés par les inspections de plus de 1 500 usines de confection, employant au total plus de 2,5 millions de travailleurs de l’habillement au Bangladesh. Même si l’Accord a été incontestablement difficile à mettre en œuvre, notamment en raison des retards dans les rénovations des usines, les progrès réalisés sont réels. Des millions de travailleurs bénéficient de conditions de travail plus sûres.  

Le nouvel Accord, appelé Accord 2018, qui entrera en vigueur en mai 2018 (date d’expiration du premier Accord) prolonge ce programme pour trois ans supplémentaires. Il consistera, comme le premier, en un contrat juridiquement contraignant signé entre les syndicats locaux et internationaux et les marques et enseignes d’habillement. Sa mise en œuvre continuera à être renforcée par des sanctions économiques importantes pour les fournisseurs qui refusent de le mettre en œuvre et par l’engagement des marques et enseignes signataires de s'assurer que leurs fournisseurs disposent de la capacité de réaliser les rénovations nécessaires.

achACT appelle dès aujourd’hui toutes les entreprises belges et internationales d’habillement qui s’approvisionnement au Bangladesh à signer ce nouvel Accord. Une entreprise ne peut se prétendre responsable, ni dire qu’elle assume sa diligence raisonnable, si elle ne signe pas cet Accord 2018.

Une prolongation qui concernera davantage de travailleurs

Le but de cette prolongation consiste à s'assurer que les progrès réalisés dans le cadre du premier Accord sont maintenus et qu’un nombre plus importants de travailleurs bénéficie des améliorations liées à la mise en œuvre de l’Accord. En effet, les marques et enseignes signataires continueront durant les trois ans couverts par le nouvel accord à y ajouter leur nouveaux fournisseurs au Bangladesh. Le nouvel Accord vise également à soutenir les améliorations apportées à la législation du travail du Bangladesh.  

Par contre, le renouvellement de l'Accord ne vise pas à donner aux usines actuellement engagées dans des travaux de rénovation un délai supplémentaire pour finaliser ce travail. Toutes les usines couvertes actuellement disposent de plans d'action à mettre en œuvre bien avant la fin du premier Accord en mai 2018.

Pour les travailleurs, le nouvel Accord présente en outre des améliorations notables, y compris l’engagement renforcé des entreprises signataires à garantir le paiement par l’employeur d’une indemnité de départ en cas de fermeture ou de déménagement de l’usine pour des raisons de sécurité, la protection des syndicalistes victimes de représailles de la part de leur employeur parce qu’ils plaident pour améliorer la sécurité des usines et un renforcement du mécanisme de règlement des différends, qui forcent les entreprises signataires à rendre compte sur le respect de leurs engagements.

Si l’Accord 2018 ne comprend pas toutes les avancées espérées par les syndicats et les organisations observatrices, notamment la Clean Clothes Campaign, réseau international d’achACT, il conserve néanmoins tous les éléments critiques de l'original et ajoute donc quelques nouvelles dispositions précieuses.

L’Accord 2018 ouvre également la possibilité d’étendre sa portée aux usines qui fabriquent d’autres produits, comme du linge de maison ou des chaussures, ainsi qu’aux usines de filature et de tissage. Ces usines, et donc leurs travailleurs, ne sont pas couverts par l'Accord actuel.

Documents :


1. Kmart Australia, Target Australia, Primark, H&M, Inditex (Zara), C&A, Otto, KiK, Aldi South, Aldi North, Lidl, Tchibo et LC Waikiki.

2. Esprit, Hüren, Bestseller, Wibra, Schmidt Group, N Brown Group, PVH (Calvin Klein et Tommy Hilfiger) et Specialty Fashion Group Australia.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux