Vous êtes :  Accueil > Actualités

Répression au Bangladesh - Les marques doivent agir !

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Action d'interpellation de la Commission européenne

24-04-2017

La Commission européenne doit imposer aux enseignes de l’habillement un minimum de transparence sur leur filière d’approvisionnement !

Ce lundi 24 avril à 12h, à l’occasion du quatrième anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh, achACT a mené une action d’interpellation de la Commission européenne pour qu’elle impose un minimum de transparence aux marques et enseignes d’habillement.

Lorsque le Rana Plaza s'est effondré le 24 avril 2013, il était crucial d’identifier les enseignes et marques clientes des cinq usines hébergées dans le bâtiment pour établir leur responsabilité et garantir l’indemnisation des travailleurs blessés et des familles des travailleurs tués. Aux Etats-Unis et au Canada, où les organisations de défense des travailleurs ont accès à des bases de données d’importation, il n’avait fallu que quelques heures pour identifier les entreprises clientes. Par contre, ni l'Union européenne, ni ses États membres n'étaient en mesure de fournir de telles informations. La seule façon d'identifier les entreprises européennes liées à la catastrophe fut de rechercher des étiquettes des marques dans les décombres. Cela doit changer.

Aujourd’hui, achACT a rappelé l’effondrement du Rana Plaza par un alignement de linceuls devant la Commission. Par cette action, achACT appelle la Commission à imposer aux enseignes de l’habillement un minimum de transparence sur leur filière d’approvisionnement, c’est-à-dire de publier régulièrement les noms, coordonnées complètes, produits fabriqués et nombre de travailleurs de toutes les unités de production de leur filière d'approvisionnement, y compris les agences qui gèrent le travail à domicile et les sociétés mères des unités de production. 

Cette action d’interpellation a eu lieu dans le cadre de la campagne Transparence.

 

Vote au Parlement européen ce jeudi 27 avril

Ce jeudi 27 avril, des parlementaires européens soumettront au vote un rapport sur le secteur de la confection (2016/2140(INI)) qui demande à la Commission d’élaborer des propositions législatives dans le but d’imposer aux entreprises de l’habillement des règles minimum, en particulier en ce qui concerne la transparence des filières d’approvisionnement et le respect des droits humains.

achACT et la Clean Clothes Campaign soutiennent ce rapport et cette demande et appellent les parlementaires européens à le voter.

 

La Commission européenne doit imposer aux enseignes de l’habillement un minimum de transparence sur leur filière d’approvisionnement ! 

La Commission européenne doit imposer aux enseignes de l’habillement un minimum de transparence sur leur filière d’approvisionnement ! 

 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux