Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Incendie d’Ali Enterprise: les familles des victimes demandent justice

14-09-2015

Le soir du 11 septembre 2012, 254 travailleurs et travailleuses ont été tués et 55 autres gravement blessés dans l’incendie l’usine de confection Ali Enterprise à Karachi, au Pakistan. Trois ans après le drame, les survivants et familles des victimes attendent toujours leur indemnisation. La veuve d’une victime adresse aujourd’hui une pétition au distributeur allemand KiK, le principal client de l’usine à l’époque. Elle demande que des indemnités justes et suffisantes soient enfin versées aux survivants et aux familles des victimes.

Soutenez Shahida ! Signez sa pétition !

L’incendie de l’usine Ali Enterprise est la pire tragédie jamais survenue dans l’industrie textile pakistanaise. Les sorties de secours bloquées, les fenêtres grillagées et les cages d’escalier inaccessibles ont empêché près de la moitié du personnel de l’usine de s’échapper du bâtiment en flammes. Ce drame est d’autant plus choquant que l’usine avait reçu quelques semaines plus tôt la certification internationale SA8000, censée garantir le respect des normes internationales du travail et des conditions de sécurité. La société d’audit italienne RINA et l’organisme de certification Social Accountability International ont pourtant décliné toute responsabilité.

Trois ans après la tragédie, le discounter allemand KiK, le principal client de l’usine à l’époque, n’assume pas sa responsabilité et empêche l’indemnisation des familles des victimes. Le géant du textile a certes déboursé un million de dollars (US) en aides d’urgence, mais refuse de contribuer à l’indemnisation, malgré l’accord signé fin 2012. Selon les Conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT), une indemnisation adéquate doit couvrir les frais médicaux et les pertes de revenu. Dans ce cas, le montant total des indemnités est estimé à 20 millions d’euros.

KiK est la seule enseigne impliquée dans les trois plus grandes catastrophes survenues ces dernières années dans l’industrie de l’habillement, à savoir l’incendie d’Ali Enterpise (Pakistan, 2012) qui a tué 254 travailleurs, l’incendie de l’usine Tazreen (Bangladesh, 2012) qui a fait 112 tués et l’effondrement du Rana Plaza (Bangladesh, 2013) qui a tué 1138 travailleurs.

Aujourd’hui, les survivants et les familles des victimes de l’incendie de l’usine Ali Enterprise demandent justice. La veuve de Muhammad Akmal, Shahida, s’adresse directement à l’entreprise allemande KiK et exige que tous les survivants et les familles des victimes soient immédiatement indemnisés.

Soutenez Shahida ! Signez sa pétition !

17/01/2013 - Incendie de l’usine Ali : KIK va indemniser les victimes

12/09/2012 - Incendies d’usines : plus de 300 morts au Pakistan et en Russie

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux