Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Indonésie : Adidas et Mizuno bafouent la liberté d’association

10-09-2015

Djakarta -1300 travailleurs de l’usine PT Panarub Dwikarya, un fournisseur d’Adidas et Mizuno, se battent depuis 2012 pour récupérer leur emploi. Ils ont été renvoyés abusivement suite à une grève. Malgré leur signature du protocole indonésien sur la liberté d’association, Adidas et son fournisseur refusent d’agir.  

Crédits Photo : Liputan6.com/Faizal Fanani

En juillet 2012, suite à une grève menée pour exiger le respect de leur droit à la liberté d'association et le paiement rétroactif de leur salaire, 1300 travailleurs, dont une majorité de femmes, sur les 2000 grévistes ont été renvoyés de l’usine PT Panarub Dwikarya Benoa, qui fabrique des chaussures de sport pour Addidas et Mizuno.

Kokom Komalawati, Présidente du syndicat SBGTS-GSBI, explique qu’ « En 2012, la police a fortement réprimé la grève, allant jusqu’à utiliser des gaz lacrymogènes contre des femmes enceintes. » Elle explique également que les contremaîtres et la direction, aidés par des hommes de main ont tenté de contraindre les travailleurs à démissionner du syndicat et à accuser ce dernier de les avoir obligés à participer à la grève s’ils voulaient retrouver leur travail.

L’histoire de PT Panarub est jonchée de cas de violations des droits des travailleurs. Depuis 2000, cinq usines du groupe ont été impliquées dans des violations de la législation du travail, allant de l'obstruction de la liberté d'association à la discrimination salariale. Adidas est impliqué dans chacun de ces cas.

Adidas refuse de respecter le protocole sur la liberté d’association signé en 2011

PT Panarub Dwikarya Benoa est une des usines du groupe PT Panarub basé à Tangerang, dans la province de Banten. Mizuno y fait produire ces chaussures depuis longtemps. Adidas est un client historique d’une autre usine du groupe, la  PT Panarub Industry. C’est cette dernière qui a « sous-traité » la production de chaussures de sport à l’usine PT Panarub Dwikarya.

Adidas et son fournisseur officiel PT Panarub Industry, ont signé le protocole sur la liberté d'association en Indonésie, acceptant ainsi de respecter et de faciliter l’exercice du droit à la liberté d'association des travailleurs employés par les fournisseurs. Cependant, Adidas affirme que le protocole ne s’applique pas aux sous-traitants de ses fournisseurs, même s’ils font partie du même groupe. Cette interprétation laisse beaucoup de travailleurs sans protection vis-à-vis de violations de leur droit à la liberté syndicale. Mizuno n'a pas signé le Protocole.

Jusqu’à présent, Adidas et Mizuno n’ont pas tenté de résoudre la situation, laissant les travailleurs sans autre choix que de poursuivre leur lutte.

« Tant qu’ils ne le font pas, nous continuerons à exiger le respect de nos droits ! »

La plupart des travailleuses licenciées ont travaillé pour PT Panarub durant des années. Certains y travaillaient depuis plus d'une décennie. Certaines travailleuses ne peuvent plus se soigner faute de pouvoir se payer des médicaments, d’autres ont été expulsées de leur logement faute de pouvoir payer le loyer. D'autres ont été rejetées par leur mari car elles n’étaient plus en mesure d’apporter un revenu au ménage. Enfin, plusieurs travailleuses subissent des intimidations de la part de leur nouvel employeur pour qu’elles quittent le syndicat. Certaines ont de nouveau été renvoyées.

En se basant sur le Protocole sur la liberté d'association en Indonésie, sur la législation indonésienne et sur la Convention de l’OIT sur la liberté d'association, les travailleurs continuent d’exiger d’Adidas et de Mizuno qu’ils résolvent cette affaire le plus rapidement possible. Fin août, ils ont  mené une action devant l’ambassade japonaise à Djakarta,

« Le cas PT Panarub Dwikarya démontre que les travailleurs en Indonésie n’ont toujours aucune garantie d'une vie digne et d’un travail décent. Adidas et Mizuno ont la responsabilité de garantir que ces travailleurs récupèrent leurs emplois et leurs moyens de subsistance. Tant qu’ils ne le font pas, nous continuerons à exiger le respect de nos droits », conclut Kokom Komalawati.

Adidas décline l’invitation au Forum Living Wage Now de la CCC

achACT a Invité Adidas à participer au Forum Living Wage Now de la Clean Clothes Campaign (CCC). Afin de discuter avec d’autres acteurs comme les organisations de travailleurs, les décideurs politiques et la Clean Clothes Campaign des actions à entreprendre pour garantir un salaire vital aux travailleurs de l’habillement. Le protocole indonésien sur la liberté d’association y sera présenté comme une piste possible pour garantir un salaire vital.

Contrairement aux autres entreprises invitées, Adidas a décliné l’invitation, expliquant qu’aucun représentant ne pouvait se libérer aux dates du Forum. 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux