Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

RANA PLAZA : 2 ANS DÉJÀ

22-04-2015

Au cours des deux années écoulées depuis l’effondrement du Rana Plaza, la mobilisation citoyenne a eu un impact. Un Accord sur les inspections d’usines est mis en œuvre au Bangladesh et les victimes ont reçu une partie de leurs indemnités. Mais la mobilisation citoyenne ne peut pas tout. Aux politiques de prendre le relais et de construire le cadre pour prévenir de nouvelles catastrophes, garantir la justice aux victimes, protéger les droits de ceux et celles qui fabriquent nos vêtements, garantir la transparence sur les conditions de travail et sanctionner la responsabilité des entreprises européennes.

Impact de deux ans de mobilisation

Depuis l’effondrement du Rana Plaza, plus de 200 enseignes et marques d’habillement ont signé l’Accord sur la sécurité des bâtiments au Bangladesh avec les organisations syndicales du Bangladesh et internationales. C’est un programme concret qui contient la mise en œuvre d’une inspection efficace de la sécurité des bâtiments, la rénovation des bâtiments, la garantie de l’emploi et des revenus des travailleurs en cas de fermeture d’usine. L’Accord est juridiquement contraignant et s’applique à l’ensemble des fournisseurs des enseignes signataires.

EN CHIFFRES, l’Accord couvre 1500 usines (sur 3600 au Bangladesh) et 2 millions de travailleurs (sur 4 millions) dont 80% sont des femmes. 1250 usines ont été inspectées et 950 plans correctifs ont été adoptés. 19 bâtiments ont dû être évacués, parmi lesquels 9 ont déjà ré-ouvert suite à leur mise en conformité, et plus de 110 usines sont en état critique et nécessitent des mesures immédiates de rénovations.

Seules 6 entreprises belges ont signé l’Accord, un nombre insuffisant!

Malgré les appels répétés d’achACT, de la Schone Kleren Campagne et des organisations syndicales, et un appel lancé sous l’égide du Ministère fédéral de l’Economie, la majorité des entreprises belges rechignent à signer cet accord pourtant indispensable pour garantir la sécurité des travailleurs de l’habillement.

Un système d’indemnisation des victimes du Rana Plaza

Face à l’inexistence d’un modèle d’indemnisation approprié pour les victimes d’accident du travail au Bangladesh, les organisations syndicales locales et internationales et la Clean Clothes Campaign ont, avec certaines enseignes et l’Organisation internationale du travail, mis en place un fonds d’indemnisation, financé par les contributions des enseignes qui s’approvisionnent au Bangladesh.

EN CHIFFRES : 30 millions de $ sont nécessaires pour couvrir l’intégralité des indemnisations auxquelles ont droit les quelque 5.000 ayants droit. Deux ans après l’effondrement, il manque encore 6 millions de $ dans le fonds d’indemnisation. Sans cet argent, les victimes ne peuvent percevoir le solde de l’indemnité à laquelle ils ont droit. Si la plupart des enseignes qui reconnaissent s’être approvisionnées au Rana Plaza ont contribué, la très large majorité d’entre elles n’ont pas versé un montant suffisant pour garantir l’indemnisation intégrale des victimes. Seuls Primark et Loblaw ont contribué de manière suffisante. Les autres telles que Benetton, Mango, C&A, Camaïeu, Zara (Inditex) ou Wal Mart ont contribué de manière notoirement insuffisante.

#Benetton PayUp: Après plusieurs mois de campagne et plus d’un million de signatures récoltées sur Avaaz, Benetton annonçait, le 17 avril dernier, sa contribution à hauteur de 1,1 million de $. Un montant très largement insuffisant. Sur base des capacités financières de Benetton, de son approvisionnement au Bangladesh et auprès du Rana Plaza, les organisations de défense des travailleurs estiment que Benetton devrait verser au minimum 5 millions de $. achACT et la Clean Clothes Campaign maintiennent donc la pression sur la marque italienne.

Il manque un cadre politique !

Des marques internationales qui rechignent à indemniser correctement les victimes du Rana Plaza, des enseignes belges de mode qui refusent de signer l’Accord sur la sécurité des bâtiments au Bangladesh, des consommateurs qui recherchent des vêtements fabriqués dans le respect des droits des travailleurs mais qui n’ont pas accès à l’information… Voilà autant de défis qui nécessitent quelques paquets de seconde de courage politique. 

C’est avec ce message, et des propositions concrètes, qu’achACT et la Schone Kleren Campagne rencontreront ce 24 avril 2015 Monsieur Kris Peeters, Ministre de l’économie et des consommateurs. Ils appelleront le gouvernement belge à :

  • convaincre les entreprises belges de mode à signer l’Accord sur la sécurité des usines au Bangladesh,
  • garantir une transparence sur les lieux et conditions de production de nos vêtements,
  • contraindre les entreprises donneuses d’ordre à un devoir de vigilance vis-à-vis des risques de violation des Droits de l’Homme dans leurs filières d’approvisionnement,
  • garantir l’accès à la justice aux victimes pour qu’elles puissent demander réparation.

achACT et la Clean Clothes Campaign réalisent une démarche dans le même sens auprès de la Commission Européenne, notamment dans le cadre de l’initiative pour une Gestion responsable de la filière d’approvisionnement en habillement, présentée comme une initiative-phare de 2015, année européenne du développement.

Plus d'info 

 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux