Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

H&M promet un salaire vital mais les chiffres ne suivent pas

14-04-2015

 

H&M doit fournir des preuves d’engagement et de transparence
Selon Athit Kong, le vice-président du syndicat cambodgien des travailleurs de l’industrie textile C.CADWU : « Le rapport de H&M ne reflète pas la réalité de terrain des usines du Cambodge et du Bangladesh, où les travailleurs luttent quotidiennement pour nourrir leur famille. Un engagement éthique qui n’est pas élaboré avec la collaboration des syndicats locaux n’a aucune chance de réellement aboutir à un changement positif pour l’ensemble des travailleurs de la filière d’approvisionnement et ne représente par conséquent qu’une belle façade marketing qui cache les réels abus structurels. »
achACT et la Clean Clothes Campaign (CCC) demandent donc à H&M de joindre enfin les actes à la parole. Pour cela, H&M devrait : 
fournir un référentiel de salaire vital pour montrer vers quels montants les salaires des travailleurs doivent tendre ; 
définir une stratégie détaillée quant à la mise en œuvre d’un salaire vital, incluant  des étapes clairement inscrites dans le temps ; 
entrer en négociation directe avec les syndicats locaux cambodgiens afin de contractualiser la mise en œuvre d’un salaire vital ;
expliquer de manière concrète comment la marque compte généraliser ses projets pilotes à l’ensemble de sa filière d’approvisionnement ; 
communiquer de manière publique et transparente son plan de mise en œuvre d’un salaire vital. 

EN BREF

Alors que, ce jeudi 9 avril 2015, H&M publiait son Rapport de développement durable 2014,  achACT et la Clean Clothes Campaign (CCC) demandent au géant suédois d’apporter des preuves chiffrées quant aux progrès annoncés en termes de mise en œuvre d’un salaire vital pour les travailleurs de ses filières d’approvisionnement.

Sans preuves de réelles améliorations dans les usines, il est fort à craindre que la démarche de H&M ne se borne à ce stade qu’à du marketing éthique.

achACT appelle H&M a plus de transparence, la publication de chiffres et à négocier directement avec les organisations représentatives des travailleurs des usines où elle s’approvisionne. 

EN DETAILS

 

En 2013 H&M lançait sa « Feuille de route pour un salaire vital » et s’y engageait à payer un « salaire vital équitable » aux 850 000 travailleurs de ses fournisseurs d'ici 2018, mais sans toute fois définir le montant ou la méthode de calcul d’un tel salaire. H&M a également lancé des projets pilotes dans trois usines (deux au Bangladesh et une au Cambodge), par lesquels la marque tente de mettre en œuvre son approche. 

Un manque de chiffres probants

« Le récent rapport de durabilité sensé rendre des comptes sur la mise en œuvre de sa feuille de route, ne contient aucun élément chiffré  permettant d’évaluer la démarche d’H&M ; aucun référentiel de salaire vital, aucun chiffre sur l’évolution des salaires dans le cadre des trois projets pilotes », déclare Carole Crabbé, coordinatrice d’achACT.

On cherchera aussi en vain des indications sur la manière dont H&M entend s’assurer que ces expériences profiteront à l’ensemble de la filière de production. Cette question est pourtant importante, d’autant plus que ces trois projets pilotes sont menés dans des usines qui produisent uniquement pour H&M, une situation qui ne correspond pas à celle rencontrée dans les 1923 autres usines qui fournissent le géant suédois. 

Malgré son projet cambodgien mené en partenariat avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et des syndicats suédois, H&M ne présente aucun résultat concret. Ces belles paroles sur la durabilité sonnent particulièrement faux à l’oreille des travailleuses et des travailleurs qui luttent chaque jour pour nourrir leur famille. 

Un simple coup marketing ?

H&M ne veut plus être perçue comme une enseigne bon marché abonnée au scandale, mais comme une entreprise socialement responsable. Elle met donc tout en œuvre pour corriger son image. Elle sponsorise ainsi les pages que le quotidien britannique The Guardian consacre à la mode éthique, a lancé en 2010 sa fameuse « Conscious Collection », suivie aujourd’hui par ses « Conscious actions ». 

Si H&M investit visiblement beaucoup de ressources dans la communication de ces « initiatives éthiques, on doute du réel investissement de la marque pour exiger de ses différents fournisseurs un salaire vital pour tous les travailleurs de ses filières d’approvisionnement. 

H&M doit fournir des preuves d’engagement et de transparence

Selon Athit Kong, le vice-président du syndicat cambodgien des travailleurs de l’industrie textile C.CADWU : « Le rapport de H&M ne reflète pas la réalité de terrain des usines du Cambodge et du Bangladesh, où les travailleurs luttent quotidiennement pour nourrir leur famille. Un engagement éthique qui n’est pas élaboré avec la collaboration des syndicats locaux n’a aucune chance de réellement aboutir à un changement positif pour l’ensemble des travailleurs de la filière d’approvisionnement et ne représente par conséquent qu’une belle façade marketing qui cache les réels abus structurels. »

achACT et la Clean Clothes Campaign (CCC) demandent donc à H&M de joindre enfin les actes à la parole. Pour cela, H&M devrait : 

  • fournir un référentiel de salaire vital pour montrer vers quels montants les salaires des travailleurs doivent tendre ; 
  • définir une stratégie détaillée quant à la mise en œuvre d’un salaire vital, incluant  des étapes clairement inscrites dans le temps ; 
  • entrer en négociation directe avec les syndicats locaux cambodgiens afin de contractualiser la mise en œuvre d’un salaire vital ;
  • expliquer de manière concrète comment la marque compte généraliser ses projets pilotes à l’ensemble de sa filière d’approvisionnement ; 
  • communiquer de manière publique et transparente son plan de mise en œuvre d’un salaire vital. 

achACT et la CCC travaillent avec des partenaires de terrain tels que le Community Legal Education Center et le syndicat C.CADWU (Coalition of Cambodian Apparel Workers' Democratic Union) au Cambodge, ainsi qu’avec des syndicats locaux au Bangladesh, afin de récolter les informations et réactions quant au réel impact des initiatives de H&M en termes de salaire vital. 

 

PLUS D'INFO

 

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux