Vous êtes :  Accueil > Actualités

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Bel&Bo devient membre de la Fair Wear Foundation

10-12-2014

Bel&Bo devient membre de la Fair Wear Foundation

Ce 8 décembre 2014, Bel & Bo a officiellement adhéré à la Fair Wear Foundation. C’est la cinquième entreprise belge (1) dont, après Mayerline, la deuxième enseigne de mode , à s’engager dans un processus vérifié multipartite et transparent de mise en conformité de ses filières d’approvisionnement avec les droits fondamentaux des travailleurs. L'engagement de Bel & Bo, certes plus connue en Flandre (65 de ses 85 magasins) mais qui se développe aussi dans la partie francophone du pays, est une excellente nouvelle. D’autant plus que cette adhésion pourrait encourager d’autres entreprises belges à franchir le pas prochainement.

 Une adhésion qui a déjà nécessité un changement de pratiques

Promo Fashion, ancien nom de Bel&Bo, se profilait jusqu’il y a peu comme un magasin discount proposant des vêtements simples à prix modique. Ce choix se répercutait sur la manière dont l’entreprise menait ses affaires. Promo Fashion passait une grande majorité de ses commandes par l’intermédiaire d’agents indépendants, ne connaissant parfois pas quelles usines le fournissaient et ne disposant d’aucun levier pour éventuellement s’y assurer de conditions de travail respectueuses des droits humains.

Conscient des limites de ce modèle pour assumer sa responsabilité de filière, Bel&Bo a progressivement changé de cap, se fournissant davantage en direct auprès de fournisseurs. De 11% en 2011, les achats directs auprès de fournisseurs sont ainsi passés à 51% en 2014 (voir à ce propos le profil de l'entreprise dressé par achACT en Juin 2014). Cette transition a été cruciale pour acquérir un plus grand contrôle sur la filière d’approvisionnement et par voie de conséquence pour rejoindre la Fair Wear Foundation.

Pourquoi adhérer à la Fair Wear Foundation ?

Depuis plusieures années, achACT encourage les entreprises belges et notamment Bel&Bo, à adhérer à la Fair Wear Foundation. Nous pensons effectivement que la FWF remplit des critères que nous jugeons indispensables pour un engagement sérieux des enseignes et marques de vêtements en matière de responsabilité de filière. D’abord, la FWF est une véritable initiative multipartite. Entreprises, syndicats et organisations de défense des travailleurs y participent aux instances décisionnelles et travaillent ensemble pour améliorer les conditions de travail. Les entreprises qui y adhèrent signent un code de conduite complet basé sur les conventions fondamentales de l’OIT et intégrant un salaire vital. Elles engagent ainsi leur responsabilité vis-à-vis du respect de ces normes pour tous les travailleurs qui fabriquent leurs vêtements. Pour ce faire, elles doivent développer des plans annuels de travail qui permettent au bout de trois ans de couvrir l’ensemble de leurs fournisseurs et sous-traitants. Ces plans font l’objet de rapports publiés notamment sur le site de la FWF. La FWF effectue des contrôles des systèmes de management mis en place par ses adhérents et effectue des vérifications dans les usines par le biais d’équipes locales émanant notamment d’organisations qui ont la confiance des travailleurs. Ces vérifications sont l’occasion de mettre en place des systèmes de plainte accessibles aux travailleurs. Le traitement de ces plaintes engage la responsabilité des entreprises membres de la FWF. Pas question de « cut & run » (stopper les relations commerciales dès qu’une violation est constatée chez un fournisseur). Les processus et conclusions des remédiations sont également publiés sur le site de la FWF.

Mieux qu’un label !

La FWF n’est pas un label. Elle ne garantit pas des vêtements 100% propres de toute tache sociale. Cette garantie paraît d’ailleurs bien illusoire dans des filières si difficiles à décrypter et si mouvantes. Mais la FWF garantit, sans doute encore bien davantage : l’engagement concret, crédible et vérifié de ses membres, marques et enseignes à modifier leurs pratiques d’approvisionnement au bénéfice du respect des travailleurs.

En adhérant à la FWF, Bel&Bo entame ce processus qui nécessitera, n’en doutons pas, un investissement important de la part de l’entreprise.

 (1) Outre ces deux enseignes de mode, trois autres entreprises belges actives dans le vêtement promotionnel ou personnalisable sont membres de la Fair Wear Foundation. Il s’agit de The Cotton Group (T-shirts B&C), Stanley & Stella et le distributeur-imprimeur textile ACP.

Plus d'informations sur la Fair Wear Foundation.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux