Vous êtes :  Accueil > achACT > Impacts

Répression au Bangladesh - Les marques doivent agir !

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Impacts

Impacts de 15 ans de campagnes (1996-2011)

En quinze ans, la mobilisation des organisations membres , ancrée dans un réseau mondial, a donné un écho international à des centaines de luttes sociales dans des usines de confection. Soutenus par des dizaines d’organisations et des milliers de consommateurs interpellant des enseignes et marques clientes de leurs usines, des milliers de travailleuses et des travailleurs ont gagné des combats pour faire respecter leurs droits, améliorer leurs conditions de travail ou de salaire. Les appels à l’action orchestrés par la campagne et ses membres ont contribué au succès, ne fut-ce que partiel, des mobilisations des travailleurs, dans la moitié des cas relayés.

En quinze ans, les engagements volontaires d’entreprises se sont multipliés à travers l’adoption de codes de conduite. Des marques et enseignes veillent à mieux connaître leurs filières et à les contrôler. Certaines acceptent de coopérer avec des ONG et des syndicats pour mettre en place des procédures de collecte d’information et de remédiation au niveau des usines, de rendre possible l’organisation des travailleurs dans les lieux de production, de rendre compte publiquement. Toutefois, très peu d’entre elles remettent en cause leurs pratiques (pression sur les prix, mise en concurrence effrénée des fournisseurs, confirmation tardive de commandes, etc). Elles sont pourtant au cœur du système qui mène à la violation des droits et aux mauvaises conditions de travail (heures supplémentaires excessives et non rémunérées en tant que telles, salaire sous le minimum vital, répression des initiatives d’organisation des travailleurs, etc.). Changer ces pratiques nécessitent que consommateurs, travailleurs et citoyens du monde soient capables de trouver et de promouvoir des modes de production, de distribution et de consommation responsables et qu’ils adressent un signal fort et conjoint aux marques et aux enseignes, ainsi qu’aux autorités publiques de régulation nationales et internationales.

 

15 ans d’actions en 15 impacts !

1998 : 12.000 (vieilles) chaussures de sport sont renvoyées à Adidas pour Défaut de fabrication : la violation des droits de travailleurs qui les ont fabriqués.

1998 : Bruxelles - Premier Forum international sur les droits des travailleurs dans l’industrie de l’habillement et Tribunal Permanent des Peuples : Des travailleuses et des travailleurs témoignent de leurs conditions de travail dans les filières d’approvisionnement de H&M, Levi’s, Gap, Nike, Adidas, C&A et Otto Versand

2001 : Pas de soutien pour la dictature birmane : Mis sous pression, Triumph quitte la Birmanie.

2004 : Haïti. 150 travailleurs réengagés et signature de la première convention collective de travail en zone franche.

2004 : 90.000 personnes signent la pétition remise à Fila, à Adidas et au Comité Olympique Interfédéral Belge à l’occasion des Jeux Olympiques d’Athènes. Play Fair at the Olympics est menée partout dans le monde. La campagne exige des changements dans les pratiques des marques de sport et une prise en compte des droits des travailleurs dans la charte, les pratiques de sponsoring et d’achat des autorités olympiques.

2005 : Première mission Vêtements Propres. Suite à l’effondrement de l’usine Spectrum, des travailleurs de Carrefour rencontrent les victimes, les travailleurs et se frottent à la dure réalité de vie et de travail au Bangladesh. C’est la première rencontre de travailleurs liés par une même filière de production – distribution. Une seconde mission sera organisée en 2009, en Indonésie.

2006 : Suite à la mobilisation des travailleuses et au relais de leurs demandes en Europe, les entreprises clientes de l’usine Gina Form qui a fermé ses portes sans préavis interviennent financièrement dans le plan social.

2007 : Un fonds d’assistance aux victimes de l’effondrement de Spectrum est mis en place. Financé notamment par les entreprises clientes, il supplée en partie à l’absence de sécurité sociale. Il sera effectif en 2011, soit 6 années après le drame qui a coûté la vie à 60 travailleurs et en a laissé des dizaines d’autres en incapacité de travailler.

2008 : 150 joggeurs portent les couleurs de Vêtements propres aux 20 KM de Bruxelles pour des JO propres. Ils demandent aux marques de sport de se mettre autour d’une table avec les organisations de travailleurs et de développer des actions concrètes pour remédier aux principales violations dont la répression de la liberté syndicale dans les usines de production.

2009 : Publication de Nous voulons des vêtements propres ! profils de 33 marques et enseignes présentes sur le marché belge. Pointées du doigt, des enseignes belges réagissent.

2010 : Soutien à l’Asia Floor Wage Campaign, un réseau émergent d’organisations asiatiques qui militent pour un salaire minimum vital dans l’industrie de l’habillement. En Belgique 18.652 personnes signent la pétition de soutien et interpellent les grands distributeurs et discounters. En septembre, 200.000 travailleurs de l’habillement partent en grève au Cambodge pour exiger un salaire minimum de 73 euros par mois au lieu de 48 euros.

2010 : Au Bangladesh des travailleurs de l’habillement manifestent leur soutien aux travailleurs belges de Carrefour en pleine restructuration. En Indonésie, des travailleurs de Carrefour interpellent le groupe à ce propos. En Belgique francophone, 30 organisations signent et diffusent l’Appel pour une grande distribution responsable.

2010 : Sur les 75 enseignes et marques membres de la Fair Wear Foundation, le système de vérification multipartite développé par la Clean Clothes Campaign, 4 sont des entreprises belges de mode (Mayerline) ou de vêtement promotionnel et de vêtement de travail (B&C, ACP et Sparkling Ideas). Le guide d’achat pratique en ligne www.tshirtspropres.be contribue à l’achat de dizaines de milliers de t-shirts auprès de fournisseurs sérieusement engagés dans l’amélioration des conditions de travail au sein de leurs filières.

2011 : Le 7 Juin 2011, à Jakarta, syndicats indonésiens, industrie et 6 grandes marques de sport signent un accord visant à renforcer les droits syndicaux des travailleurs dans le secteur des vêtements de sport.

2011 : Le sablage des jean’s tue. 42 marques et distributeurs de Jeans s’engagent à interdire la technique du sablage du Denim dans leur filière d’approvisionnement.

 

 

Et depuis 2011, achACT continue sur sa lancée!

Globalement, une action sur deux menées par achACT en solidarité avec des demandes de travailleurs au niveau d’usines porte des fruits! En voici quelques uns plus récents:

24 avril 2013: Le Rana Plaza s'effondre, tuant 1138 personnes et en blessant plus de 2000.
Dans les jours qui ont suivi l’effondrement, 1.150.000 personnes du monde entier ont signé une pétition, conduisant 200 marques et enseignes de vêtements à signer un Accord dans lequel elles s’engagent à financer l’inspection des bâtiments et à rendre possible les améliorations nécessaires.

2014: le soutien apporté mondialement à la mobilisation des travailleurs cambodgiens pour une augmentation du salaire minimum contribue à une augmentation effective et provoque une prise de position favorable à cette augmentation de la part des principales marques et enseignes clientes de l’industrie de l’habillement au Cambodge.

 

2015: Deux ans après l’effondrement du Rana Plaza, plus d’un million de personnes ont signé une pétition pour que Benetton, l’une des entreprises clientes du Rana Plaza, participe à l’indemnisation des victimes. Ce que Benetton a finalement accepté même si sa contribution est bien inférieure au montant demandé.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux