Vous êtes :  Accueil > achACT > Structure > Historique

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Historique

20 septembre 2011 – Pour ses 15 ans, la Campagne Vêtements Propres s’offre un nouveau nom et devient achACT – Actions Consommateurs Travailleurs. Bien plus qu’un simple lifting, il s’agit d’affirmer la nécessité d’agir et de créer des liens entre travailleurs et consommateurs, citoyens du monde, pour faire respecter les droits, améliorer les conditions de travail, renforcer ceux et celles qui s’organisent pour défendre leurs droits fondamentaux dans les filières d’approvisionnement des marques et des enseignes de distribution. achACT s’enracine dans cette volonté, rebondit sur les acquis engrangés et prend un nouveau souffle.

1996 -2011 : 15 ans de Campagne Vêtements Propres

Milieu des années nonante, le scandale des « sweatshops » éclate. Des travailleurs sont exploités à la limite de l’esclavage pour produire les biens que nous consommons. C’est de ce contexte que naît en 1996 la Campagne Vêtements Propres. Portée par une plate-forme d’organisations syndicales, d’ONG, d’organisations sociales, elle veut faire respecter les droits fondamentaux des travailleurs et améliorer leurs conditions de travail. Elle sensibilise et informe le public et propose de mettre en œuvre des solidarités « nouvelles ». L’idée est simple : plus les consommateurs exigeront le respect des droits des travailleurs de la production, plus ceux-ci seront en mesure de défendre eux-mêmes leurs droits.

2011 : achACT prend la relève.

Et pour cause, il reste un boulot immense pour faire respecter les droits des femmes et des hommes qui produisent nos vêtements, pour pousser au changement les entreprises, les consommateurs, les pouvoirs politiques et soumettre les intérêts et profits au respect des droits humains fondamentaux.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux