Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Salaire Vital > Des travailleurs(euses) témoignent... > Demorng, permanente syndicale C.CAWDU

Demorng, permanente syndicale C.CAWDU

« Notre revendication actuelle de 177$ est encore loin d’un salaire vital »

Témoignage reccueilli en octobre 2014.

Vorng Demorng a 25 ans. Elle est originaire de la campagne. Elle a eu l’opportunité d’aller à l’école et de faire des études dans le domaine des Sciences Sociales. Très tôt, elle a décidé de mettre ses compétences au service de la lutte des travailleurs pour de meilleures conditions de travail. C’est pourquoi en 2013, elle a rejoint le syndicat indépendant C.CAWDU.

J’ai participé aux manifestations de janvier et de septembre. Travailleurs et leaders syndicaux, nous voulons montrer ensemble notre volonté d’obtenir une hausse du salaire minimum légal. Le salaire actuel de 100$ est largement insuffisant pour vivre au Cambodge. C’est pour cela que nous exigeons des décideurs et des responsables qu’ils augmentent le salaire actuel. Si nous ne nous mobilisons pas, si nous ne montrons pas notre mécontentement, rien ne changera jamais et les travailleurs continueront de gagner un salaire de misère dans des conditions de travail inacceptables.

Actuellement, les travailleurs de l’habillement réclament un salaire de 177$. Cela représente une hausse nécessaire mais cela restera insuffisant, loin d’un « salaire vital ». Ce que nous réclamons aujourd’hui, ce sont de meilleurs salaires pour pouvoir vivre mieux.

Prendre les marques en tenaille

Les consommateurs européens ont le pouvoir de décider quels habits ils devraient acheter ou non. Les consommateurs peuvent donc agir. Mais, je ne pense pas que le boycott soit une solution de long terme. Le boycott, cela signifie que les travailleurs ne sont pas payés, les fournisseurs non plus et les marques elles aussi y perdraient de l’argent. Donc, je ne peux pas dire que le boycott soit une solution. Par contre, je pense que réduire sa consommation ou acheter des vêtements confectionnés dans de bonnes conditions est important. Le consommateur peut aussi faire pression sur les marques par rapport à ce qu’elles font. De cette manière, les marques pourront comprendre leurs erreurs et modifier leur façon de faire. Elles veulent faire du profit mais elles doivent le faire en prenant en considération l’environnement et le respect des droits des travailleurs. Les marques doivent respecter les droits des travailleurs et payer des salaires plus élevés à celles et ceux qui confectionnent leurs vêtements.

Une solidarité de filière essentielle

La solidarité internationale, c’est une excellente opportunité pour les consommateurs européens ainsi que pour les travailleurs asiatiques et même européens. Nous devons nous rassembler pour faire pression sur les marques et sur ceux qui ont de l’influence sur les gouvernements et les fournisseurs. Car, tous ensembles, nous pourrons les forcer à renégocier et augmenter les salaires des travailleurs de l’habillement au Cambodge.

Soutenez la campagne #LivingWageNow. 
Signez la pétition pour un Salaire vital.

campagne_salaire_vital

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux