Vous êtes :  Accueil > Ressources > Outils pédagogiques > Logobusting [ATELIER]

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Logobusting [ATELIER]

Organiser un atelier de logobusting

Cette activité vous propose de détourner les logos d'Adidas, Fila, Asics, New Balance, Puma, etc. Une manière originale de dénoncer en images les responsabilités des plus grandes marques de sport par rapport à leurs travailleurs. Le détournement de l’image peut s’accompagner de l’écrit. Ainsi, les slogans des marques peuvent être repensés dans un contexte non conventionnel, tel que « faisons la nique à nike » « on a du fila retordre ».

Il est important de replacer le sujet dans son contexte : pourquoi faire un atelier de logobusting ? Comment fonctionnent les entreprises ? Quelles sont les stratégies économiques développées par celles-ci ? En quoi sommes-nous concernés ? De quelle façon pouvons-nous passer de l’état de cible publicitaire à celui d’acteur critique?

Le documentaire « Nous achetons. Qui paye ? » offre des éléments de réponses à ces questions. Il nous fait visiter les usines et les faubourgs de Tirupur en Inde et nous explique comment et pourquoi les entreprises occidentales font produire leurs vêtements et chaussures dans les pays en voie de développement.

L’atelier offre de multiples possibilités d’exploitation et de suivi. D’abord, il y a une ouverture à la discussion. Chacun explique ses motivations par rapport aux modifications de logo, slogan, qu’il a effectué. Une deuxième ouverture peut être la réalisation d’une exposition. Les différents slogans et logos sont apposés sur des grands panneaux qui seront ensuite exposés dans le cadre d’un événement. Cette fresque collective peut être utilisée comme instrument d’actions (manifestation, rassemblement) ainsi que comme outil de diffusion (images pour prospectus, affiche, photothèque sur Internet). Bref autant de possibilités au gré de la motivation !

Processsus de création d’un atelier logobusting

  1. Réalisation de pochoirs des marques de sport : Adidas, Nike, Asics, Reebok,… pour cela il suffit de chercher les logos sur le net, on imprime en format suffisamment grand sur une page A4. On colle l’image du logo sur un papier cartonné (pas trop épais). Ensuite on découpe l’aide d’un cutter les formes des logos.
    Une fois la forme découpée, il est possible de détourner les logos soit en remplissant l’intérieur de la zone vide partiellement ou totalement.
  2. Une autre possibilité est d’imprimer sur une feuille, le dessin du logo en transparence. Dès lors, il est aisé de le détourner directement. On dessine alors directement sur cette feuille, au dessus du logo a moitié visible. L’avantage est la facilité et la rapidité, l’inconvénient est qu’il faut que le dessin du logo détourné recouvre la totalité du logo en filigrane.
  3. Une série d’impression noir et blanc des logos est intéressante à avoir afin que chaque participant ait une vision claire et précise du logo de la marque.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux