Vous êtes :  Accueil > Ressources > Les profils d'entreprises

Lee

Profil 2014

Voir le profil 2012
Lee
Comment interpréter le diagramme?
Filières d'approvisionnement 2 300 fournisseurs de premier rang et sous-traitants Timberland publie une liste complète des noms et adresses des usines de ses fournisseurs. Les autres marques de VF ne publient pas de liste complète des noms et adresses des usines de leurs fournisseur
Pays de production Chine (26 %), États-Unis (21 %), Inde (7 %), Vietnam (5 %), Bangladesh (4 %), Mexique (4 %), Turquie (2 %), Pakistan (2 %), autres (29 %)
Chiffre d'affaire 2012 US$ 11.4 milliards (2013)
Bénéfices 2012 US$ 1.2 milliards (2013)
Nombre d'emloyés au 31/12/2012 ?
Nombre de points de vente au 31/12/2012 700 magasins sous différentes enseignes

Lee appartient au groupe VF Corporation. Ce groupe possède aussi les marques: Vans, EastPak, The North Face, Kipling, Timberland,7 For All Mankind, Ella Moss, Bulwark, Rustler, Nautica, JanSport, Wrangler, Eagle Creek, SmartWool, Riders By Lee, Reef, Red Kap, Horace Small, Splendid, Lucy, Napapijri

Position de l'entreprise sur le salaire vital

« Toutes les usines agréées par VF doivent rémunérer leurs employés de manière équitable en leur procurant un ensemble d’avantages salariaux composé du salaire et d’autres bénéfices qui, au minimum, respectent le salaire minimum légal ou le salaire en vigueur dans l’industrie selon le plus élevé des deux. Elles doivent également offrir les avantages sociaux prescrits par la loi. »

Notre évaluation globale

VF ne reconnaît pas le principe du salaire vital comme étant de sa responsabilité ou faisant partie de sa politique. Si les initiatives de VF en matière d’éducation locale et de projets de santé sont louables, elles ne résolvent pas le problème de la pauvreté des travailleurs fabriquant ses produits. Il est honteux qu’une entreprise de cette envergure ne soit pas impliquée dans la résolution de cet important problème.

En details

Non.

EN DETAILS

RENFORCEMENT DES DROITS DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES

VF assure qu’une information donnant des explications sur la liberté d’association et le droit de négocier collectivement est affichée dans toutes ses usines.

VF a évoqué quelques formations données à des fournisseurs à la suite de violations de la liberté d’association.

REFERENTIEL ET PRATIQUES D'APPROVISIONNEMENT

VF ne soutient pas le principe du salaire vital dans sa politique et n’a aucun référentiel de salaire vital, se référant uniquement au salaire minimum.

VF est en train de comparer les niveaux de salaire à la norme salariale SA8000 prescrite par Social Accountability International et qui tient compte de la couverture des besoins fondamentaux. VF déclare : « Les premiers résultats de notre évaluation effectuée sur un échantillon d’usines situées dans les différentes régions où nous disposons d’usines ont procuré quelques indications positives. Nous allons continuer à étendre la portée de ces évaluations et prendre les mesures nécessaires. Nous avons fait le choix de ne pas publier les résultats tant que le processus n’est pas terminé. »

DIALOGUE ET COLLABORATION

VF déclare : « VF travaille en collaboration avec d’autres marques et diverses ONG, des représentants de gouvernements, des associations professionnelles et des syndicats afin de traiter de différents sujets liés au respect des normes sociales. » Aucune collaboration spécifique sur le salaire vital n’a été mentionnée.

STRATEGIE VERS UN SALAIRE VITAL

VF déclare : « Nous […] pensons que des augmentations salariales ne permettront pas à elles seules d’améliorer les conditions de vie. C’est dans ce contexte que nous avons défini notre approche pour soutenir et faciliter un mode de vie durable en nous penchant sur la question de l’environnement (l’infrastructure sociétale) dans lequel vivent les travailleurs, plutôt que de nous concentrer uniquement sur les salaires. Nous admettons que dans certains pays ou régions, le salaire minimum légal ne permet pas un mode de vie durable, mais nous ne sommes pas convaincus qu’une simple augmentation des salaires permettra aux travailleurs de satisfaire leurs besoins fondamentaux. Ce problème est peut-être plus complexe et implique également le coût et l’accès aux services sociaux élémentaires comme la santé et l’éducation. » En raison de cette position, Timberland travaille actuellement avec des partenaires locaux et internationaux sur des cours d’alphabétisation financière pour les travailleurs, des projets éducatifs et d’autres liés à l’accès à l’eau potable.

VF n’a aucune stratégie pour assurer un salaire vital aux travailleurs fabriquant ses produits.

COMMENTAIRES D'ACHACT

VF reconnaît le fait que le salaire minimum n’est pas suffisant pour couvrir les besoins fondamentaux des travailleurs. Pourtant, l’entreprise ne fait rien pour augmenter les salaires et ainsi résoudre ce problème. La politique de VF exige seulement le paiement du salaire minimum sans faire référence à la nécessité de couvrir les besoins fondamentaux. L’entreprise arrive donc loin derrière d’autres, présentées dans ce rapport, qui ont pris des engagements, même les plus élémentaires.

Au lieu de cela, VF (ou plutôt Timberland – aucune donnée n’a été fournie quant à l’engagement des autres marques de VF) a concentré ses efforts dans un programme pour offrir un environnement durable à certains de ses travailleurs. Ceci inclut quelques projets sur l’accès à l’eau potable, l’éducation et les soins de santé pour les travailleurs et leurs enfants.

À cela, nous répondons que VF n’a pas une idée claire de ses responsabilités et de son rôle au sein de ses filières d’approvisionnement. Offrir éducation et soins de santé aux travailleurs ne relève pas de la responsabilité directe des entreprises. En revanche, la responsabilité principale d’une marque est de garantir que le salaire payé à ceux qui fabriquent ses produits leur permet de couvrir leurs besoins fondamentaux.

Pour nous, il s’agit de laisser aux travailleurs la liberté de choisir comment ils souhaitent satisfaire ces besoins. Ceci est possible lorsque le salaire est suffisant. En essayant de gérer la satisfaction des besoins, cette liberté disparaît.

Nous sommes heureux de voir que VF s’est lancé dans un exercice de comparaison afin de définir son engagement en faveur d’un salaire permettant de satisfaire les besoins fondamentaux. Nous étudierons les résultats avec attention. Nous espérons qu’à l’avenir, VF s’efforcera de reconnaître la nécessité de payer un salaire vital, et d’assumer le rôle qu’il doit jouer en ce sens.

« Retour à la liste des marques

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux