Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Make IT Fair > Le vrai coût de l'électronique portable > Foxconn

Foxconn

Ce géant de l'électronique, qui fournit entre autres Apple, SonyEricsson, Motorola ou Nintendo, est devenu tristement célèbre pour les nombreux suicides de ses employés. En 2010, 18 travailleurs de Foxconn, tous âgés entre 18 et 25 ans, ont tenté de se suicider à cause de l’énorme pression physique et morale qu’ils subissent. En effet, les faibles salaires, les heures de travail excessives, la cadence de travail et un management décrit par les travailleurs comme « militaire » les ont poussés à bout.

Foxconn : Des conditions de travail inhumaines qui poussent au suicide

Depuis le début 2010, l’usine Foxconn de Longhua en Chine est le théâtre d’une vague de suicides. De janvier à août, 17 employés, tous âgés entre 18 et 25 ans, ont tenté de mettre fin à leurs jours. Treize sont décédés. Un rapport de la Sacom* – une organisation basée à Hong Kong – pointe les mauvaises conditions de travail de salaire et la pression énorme exercée sur les travailleurs.

Si cette affaire à choquer le monde entier, il apparait clairement aujourd'hui que ni Foxconn, ni ses clients, parmi lesquels Apple, HP ou Dell n'ont pris leurs responsabilités. Foxconn n'a pas respecté sa promesse d'augmenter sensiblement les salaires. Les marques clientes ne se sont pas attaquées au cœur du problème, à savoir leurs pratiques d'approvisionnement qui influence directement les conditions de travail et mettent ne pression énorme sur les travailleurs.

Suicides à la chaîne !

Yan Li, 27 ans, est décédé le 27 mai 2010. Il travaillait pour Foxconn, le fabricant principal des iPhones, iMac, iPad et autres iPod. Yan Li est mort d’épuisement après avoir travaillé durant 34 heures sans interruption. Son épouse nous explique que Yan travaillait de nuit ce dernier mois et prestait des heures supplémentaires chaque nuit. Yan Li était ingénieur et travaillait pour Foxconn depuis avril 2007.

Depuis le début 2010, l’usine Foxconn de Longhua en Chine est le théâtre d’une vague de suicides. De janvier à août, 17 employés, tous âgés entre 18 et 25 ans, ont tenté de mettre fin à leurs jours. Treize sont décédés et quatre ont été blessés.

Les travailleurs des usines chinoises de Foxconn sont pour la plupart des travailleurs migrants venus des zones rurales qui sont généralement dans une position légale et sociale précaire. Ils décrivent la culture d’entreprise de Foxconn comme quasi militaire4. Les syndicats et ONG, ont souvent pointés les mauvaises conditions de travail et les violations des droits des travailleurs à Foxconn. Lourde charge de travail, quota de production élevé, journée de travail interminable, heures supplémentaires obligatoires, salaire tellement bas qu’il ne permet pas une vie décente et conditions de travail dangereuses et malsaines y sont monnaie courante. Vivant entassés dans leurs dortoirs, les travailleurs épuisés n’ont quasiment pas de vie sociale.

Les travailleurs face au géant de l’électronique

Le groupe technologique Foxconn fait partie de l’entreprise taïwanaise Hon Hai Precision In¬dustry. Foxconn possède environ 20 usines en Chine, employant près de 900.000 travailleurs. Rien que l’usine de Longhua emploie environ 300.000 travailleurs. Mais Foxconn possède également des usines dans d’autres pays, notamment au Mexique. Foxconn fabrique des ordinateurs, des TV, des consoles de jeu, des lecteurs MP3, des téléphones portables et des smartphones y compris l’iPhone d’Apple et la Nintendo Wii. Foxconn fournit toutes les marques importantes comme Apple, Dell, la HP, Nintendo, Nokia et Sony Ericsson.

Pour rester concurrentiels et s’assurer des contrats, les fabricants comme Foxconn rédui¬sent au minimum leurs coûts, provoquant les conséquences que l’on connaît. Si Foxconn est bien responsable de « la spirale de régression sociale » décrite dans ses usines, les marques clientes de Foxconn portent également une lourde responsabilité. Ce sont elles qui profitent le plus de la haute productivité et des faibles coûts de leur fournisseur.

Foxconn réagit…

Au départ, l’entreprise refusait de reconnaître le rôle du stress et des mauvaises conditions de travail dans cette vague de suicide. Sa première réaction fut d’inviter des moines pour exorciser les mauvais esprits. Ensuite, Terry Gou, le Président de Foxconn, a été jusqu’à af¬firmer que les travailleurs qui tentaient de se suicider le faisait pour que leur famille empoche l’importante indemnisation offerte par l’entreprise. En mai, afin d’éviter toute responsabilité, la direction a demandé aux travailleurs de signer un document les engageant à ne pas se suicider et contenant une clause empêchant la famille de réclamer une indemnisation autre que celle prévue par la loi5.

Suite à la pression interne et internationale, l’entreprise a ensuite lancé plusieurs autres initiatives. Elle a recruté une équipe d’experts pour écouter et conseiller les travailleurs, organisé des rallyes « anti-suicide », des excursions pour les travailleurs, mis en place une ligne téléphonique d’urgence et annoncé haut et fort une augmentation salariale. Selon la Sacom6, la Foxconn ne s’attaque toujours pas à la cause du problème, à savoir le stress au travail causé par le mode de gestion de l’entreprise.

Début juin 2010, face au mouvement de protestation grandissant, l’entreprise a annoncé une augmentation salariale de 30 %, passant pour l’usine de Longhua, de 900 à 1200 yuans (de 97 à 130 €) par mois. Cette « généreuse » augmentation doit cependant être relativisée. Le salaire minimum dans la province a été augmenté au même moment à 1100 yuans (118 €). Les nouveaux salaires payés par Foxconn ne sont donc que de 100 yuans (11 €) plus élevés que le minimum. Foxconn a donc simplement anticipé cette augmentation en communiquant intelligemment. Cette augmentation n’a évidemment pas calmé les travailleurs. La direction a donc annoncé qu’elle augmenterait les salaires de 70 %, soit 2000 yuans (215 €), au mois d’octobre. Elle n’a cependant donné aucun détail. Mi-octobre, les travailleurs ne disposaient toujours d’aucune information relative à une augmentation salariale.

Apple, Nokia, HP, Dell, Sony et les autres… ?

Toutes ces marques ont adopté un code de conduite ou sont membres de EICC*, une initiative de responsabilité sociale créée par les entreprises du secteur. Foxconn en est également membre. Une étude, menée durant l’été 2010 par la Sacom montre pourtant de nombreuses violations de ces codes de conduite dans les usines Foxconn. Fait marquant, aucun des travailleurs interviewés n’avait connaissance de ces codes de conduite qui « garantissent » pourtant le respect de leurs droits.

Certains clients de Foxconn, y compris Apple, Dell, HP, Nokia et Nintendo ont exigé des investigations sur les suicides et des audits sociaux8. De son côté, EICC a annoncé la mise sur pied d’un groupe de travail composé de plusieurs entreprises pour évaluer quel est le meilleur soutien à fournir.

Si ces efforts sont les bienvenus, ils ne s’attaquent pas pour autant au cœur du problème, à savoir les mauvaises conditions de travail et l’énorme pression mise sur les travailleurs. Foxconn et ses principaux clients doivent s’engager dans des réformes structurelles. Selon la Sacom, Foxconn devrait commencer par honorer la promesse d’augmenter les salaires à 2000 yuans (215 €) par mois et ne plus recourir de manière abusive au travail étudiant. Quand aux marques, Apple en tête, elles devraient prioritairement modifier leurs pratiques d’achats, notamment en augmentant le prix d’achat afin d’assurer un salaire décent aux travailleurs, informer et former les travailleurs à propos de leurs droits et des engagements pris par les marques dans leur code de conduite.


* Students & Scholars Against Corporate Misbehavior
* Electronics Industry Citizenship Coalition

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux