Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Make IT Fair > Le vrai coût de l'électronique portable > Des salaires trop faibles pour vivre décemment

Des salaires trop faibles pour vivre décemment

Les salaires payés dans l’industrie de l’électronique ne permettent pas aux travailleurs de couvrir les besoins de base de leur famille. Tant en Chine, qu’en Inde ou qu’aux Philippines, ils se situent en dessous du mi¬nimum vital. Les travailleurs ne peuvent donc vivre décemment sur base de cet unique revenu. Ils sont donc obligés de prester de nombreuses heures sup¬plémentaires. Ils essaient également de diminuer leurs dépenses, par exemple en vivant à plusieurs dans des dortoirs et en mangeant à la cantine de l’usine.

 

En Chine

Les salaires de base sont légèrement au-des¬sus du minimum légal de 750 yuans (79 €). Ils se situent généralement entre 770 et 935 yuans (entre 83 et 101 €) pour un temps plein. Les salaires perçus atteignent généralement entre 1.500 et 2.000 yuans mais diverses sanctions et amendes les réduisent souvent de 1.100 à 1.600 yuans (116 à 169 €). Pour atteindre ces montants, les travailleuses doivent atteindre des quotas de production extrêmement élevés et doivent parfois prester jusqu’à 12 heures supplémentaires par jour. Ces heures supplémentaires sont jugées volon¬taires et ne sont dans les faits pas payées.

 

En Inde

Le salaire de base moyen d’un opérateur d’une chaîne d’assemblage se situe aux alentours de 3.000 roupies (49 €) par mois. Les salaires effectivement payés, tenant compte des heures supplémentaires et de l’expérience, atteignent généralement 4.500 à 5.500 roupies (entre 73 et 89 €). Le minimum vital se situe entre 6.000 et 9.000 roupies (entre 98 et 146 €) dans la région concernée.

Beaucoup de jeunes travailleurs sont engagés comme apprentis. Au moment de la recherche, ils étaient payés en dessous du salaire minimum de 3.335 roupies en vigueur. Dans certaines usines, ils étaient payés parfois la moitié du minimum. Pourtant, les apprentis réalisent les mêmes tâches que les travailleurs « réguliers ».

 

Aux Philippines

Le salaire de base est souvent le minimum légal, 7.300 pesos par mois en 2008 (120 €). Le montant nécessaire pour couvrir les besoins de base à ce moment-là était évalué à 320 euros par mois. Plusieurs travailleurs doivent vivre avec leur femme et leurs enfants chez leurs parents faute de pouvoir payer un logement. Les travailleurs reçoivent un treizième mois et ceux qui n’ont pas été absents reçoivent une prime. Lorsqu’ils prestent des heures supplémentaires, ils reçoivent 20 pesos pour payer leur repas.

Au moment de la recherche, les travailleurs n’avaient plus presté d’heures supplémentaires durant deux mois. Cette situation était problématique vu que les heures supplémentaires leur permettent d’augmenter leur revenu.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux