Vous êtes :  Accueil > Campagnes > J.O. > Les demandes JO

Cambodge - Marks & Spencer doit indemniser les travailleuses de Chung Fai

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Les demandes JO

Les entreprises d’articles de sport devraient développer et mettre en œuvre des politiques crédibles en matière de pratiques de travail, garantissant le respect par leurs fournisseurs des normes du travail reconnues à l’échelon international, en ce compris le droit à un salaire garantissant le minimum vital, une semaine de travail normale n’excédant pas 48 heures, des heures de travail humaines sans heures supplémentaires obligatoires, un lieu de travail sûr et sain et exempt de harcèlement, ainsi qu’un emploi légal avec protection du travail et sécurité sociale.

Les entreprises d’articles de sport devraient modifier leurs pratiques d’achat en s’assurant que celles-ci n’engendrent pas l’exploitation des travailleurs. Elles devront, par ailleurs, négocier des délais de livraison acceptables ainsi que des prix justes permettant aux patrons d’usines de remplir les commandes tout en respectant les normes du travail.

Les entreprises d’articles de sport devraient mettre leurs codes de conduite en application de façon à ce qu’ils contribuent à engendrer des améliorations durables dans les conditions de travail. Ceci suppose qu’ils doivent informer en termes explicites leurs fournisseurs, y compris les directeurs d’usines et leurs sous-traitants, que le respect des droits d’adhérer à des syndicats et d’en créer, et de mener des négociations collectives sont d’une importance cruciale si l’on tient à améliorer les conditions de travail et qu’il est, dès lors, inadmissible de compromettre ces droits. Par ailleurs, il leur incombe d’investir dans des systèmes d’inspection où les travailleurs soient au centre du processus, d’assurer la mise en place de procédures de plainte fiables, et de promouvoir la formation des travailleurs en ce qui concerne leurs droits et questions afférentes.

L’industrie des articles de sport est appelée à traiter ces problèmes de façon collective, étant donné qu’il s’agit de problèmes endémiques à l’ensemble de cette industrie. Pour ce faire, elle doit mettre au point une approche commune avec les syndicats et les ONG à l’échelon sectoriel en vue de développer un programme de travail qui favorise l’organisation des travailleurs au sein de syndicats, qui dépasse les limites actuelles des politiques des entreprises en matière d’éthique et qui garantisse un dialogue continu. A cette fin, un accord- cadre sectoriel devra être négocié entre les entreprises de ce secteur et la Fédération internationale des travailleurs du textile, de l’habillement et du cuir, qui est l’organisation qui représente les travailleurs de l’industrie des articles de sport à l’échelon mondial.

Les entreprises d’articles de sport doivent s’engager à faire preuve de transparence et à assumer leur responsabilité publiquement en ce qui concerne l’impact de leurs activités commerciales sur les travailleurs.

Les fournisseurs d’articles de sport doivent promouvoir l’accès à des emplois décents pour leurs employés en agissant dans le respect des normes internationales du travail et des codes du travail nationaux. En particulier, ils doivent assurer aux travailleurs le plein exercice de leurs droits d’adhérer à des syndicats et de mener des négociations collectives.

Les gouvernements doivent cesser de compromettre les droits des travailleurs, tant dans la loi que dans la pratique, et doivent veiller à l’application de leurs législations nationales ainsi que des normes internationales du travail afin de garantir un emploi décent à l’ensemble de leurs travailleurs.

Le public doit pousser les entreprises des articles de sport à prendre des engagements explicites afin de garantir le respect des normes reconnues à l’échelon international à tous les niveaux de leur chaîne d’approvisionnement; à faire en sorte que leurs pratiques en matière d’achat agissent au bénéfice plutôt qu’au détriment des droits des travailleurs ; il doit également leur enjoindre de faire preuve de transparence quant à leur politique (en ce compris la mise en œuvre de leur politique) sur les pratiques du travail et son impact sur les conditions de travail.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux