Vous êtes :  Accueil > Campagnes > Grande distribution > Introduction

Répression au Bangladesh - Les marques doivent agir !

recherche
par marque

A.S. AdventureAdidasAldi
AppleAsics
B&CBel&BoBenetton
BershkaC&A
CarrefourCasinoCassis
ChampionCharles Vögele
ColruytCora
Diadora
DieselDisneyDreamland
E5 ModeEsprit
FilaFilippa K
G-StarGapGsus Industry
H&MHasbro
HemaHitachiHTC
InditexInno
InWearJack&JonesJBC
Kappa
LacosteLeeLevi's
LG ElectronicsLidl
Lola&LizaLottoM&S Mode
MangoMarks & SpencerMassimo Dutti
MattelMaxitoysMayerline
Mer du NordMexxMizuno
MotorolaNew Balance
New YorkerNikeNitendo
NokiaO'NeillOlivier Strelli
OnlyOtto
PaprikaPimkiePlayStation
PremamanPromod
Pull & BearPumaReebok
RIMRiver Woodss.Oliver
SamsungScapa Sports
Sony EricssonSpeedoSpringfield
Street OneSuperdry
Talking FrenchThe Cotton Group
ToysRusTrafic
TriumphUmbroUterquë
Vero Moda
WEWilson
WranglerXboxZara
Zeeman

par produit

Ballons de footConsole de jeuxGSM
JeansJouetOrdinateur portable
SmartphoneTablettesVestes
Vêtements de modeVetements et chaussures de sportVêtements promotionnels

Introduction

Peu d'entreprises dominent autant les vies des consommateurs et des travailleurs du monde entier que les enseignes de la grande distribution. Connues pour leurs prix bas, leurs larges parts de marché et leurs énormes volumes de vente, elles sont en passe de devenir des acteurs incontournables de la distribution d’habillement, d’électronique, etc. Par leur taille et la pression irraisonnable qu’ils exercent sur les prix, les grands distributeurs mènent la tendance mondiale au nivellement par le bas des conditions de travail. La politique des prix bas menée par la grande distribution induit des coûts élevés supportés par des millions de personnes à travers le monde. Parmi elles, une large majorité de femmes pauvres, employées dans les usines mais aussi au sein même des magasins.

Les travailleuses des usines qui fournissent ces distributeurs travaillent jusqu'à 90 heures par semaine, leurs heures supplémentaires sont souvent non rémunérées et les salaires sont si bas qu'elles ne peuvent même pas nourrir correctement leur famille. Si elles tentent de s'organiser pour faire respecter leurs droits, elles sont menacées ou renvoyées. 

 

Les grands distributeurs doivent modifier leurs pratiques d’approvisionnement.

Les grands distributeurs déclarent prendre des mesures pour résoudre ces violations des droits du travail dans leurs filières d’approvisionnement. Tous font référence à un code de conduite et participent à des réseaux d’entreprises développant des audits sociaux et échangeant des informations sur la qualité sociale des fournisseurs qu’ils ont en commun. Carrefour a par exemple réalisé 609 audits sociaux d’usines en 2007 et ne publie aucun résultat qualitatif.

Ces mesures sont insuffisantes. Elles ne font que constater les problèmes sans y remédier. De la sélection de leurs fournisseurs au paiement des marchandises, les géants de la distribution doivent respecter des prix et des délais de livraison qui permettent des conditions de travail décentes.

Or, alors que les salaires légaux au Bangladesh ont doublé en 2006, certains grands distributeurs ont diminué le prix qu’ils paient à leurs fournisseurs de 5 à 10%.

 

Pour une grande distribution responsable !

Enter 2009 et 2011, 15 organisations ont mené une campagne publique en Belgique francophone. « Notre objectif est de pousser Carrefour, Aldi, Lidl mais aussi Cora et Trafic à assumer leur responsabilité, explique Carole Crabbé. Nous avons formulé des propositions concrètes en ce sens. Nous ferons également des propositions au pouvoir politique pour réguler de manière contraignante la responsabilité économique et sociale des distributeurs ».

Durant deux ans, elles ont développé des outils de sensibilisation, menés des actions de sensibilisation et d’interpellation pour soutenir les propositions de la campagne. Et avec quels impacts ! Des milliers de personnes ont été informée et ont soutenu les actions. Lidl ne peut plus abuser les consommateurs en prétendant respecter les droits des travailleurs dans ses filières d’habillement. Cette première victoire, obtenue au titre de publicité mensongère, a permis de clairement dénoncer le greenwashing social des géants de la distribution et des enseignes discount.

 

Il reste beaucoup à faire…

Mais ce n’est pas en deux ans que l’on peut espérer obtenir des résultats en ces domaines. achACT – Actions Consommateurs Travailleurs reste bien-sûr sur la balle. Après une étape de campagne publique, il s’agit aujourd’hui de

  • favoriser la coalition des mouvements pour une grande distribution responsable. Ce fut le sens de l’Appel lancé en avril 2010.
  • poursuivre un travail de plaidoyer, basé sur des propositions concrètes et un suivi exigeant. C’est l’objectif de l’outil développé pour soutenir le travail des délégués syndicaux au sein des Conseils d’entreprise et Comités d’entreprise européens.

Votre engagement a construit le socle sur lequel nous pouvons construire ce travail. C’est ensemble que nous continuerons.

25 organisations membres

avec le soutien de

réseaux internationaux